L'UPA veut intéresser les producteurs à la culture de l'asclépiade

Jean-Marie Giguère, président de la Fédération de l'UPA... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Jean-Marie Giguère, président de la Fédération de l'UPA de la Mauricie.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Saint-Tite) Jean-Marie Giguère, président de la Fédération de l'Union de producteurs agricoles de la Mauricie, veut intéresser les producteurs de la région à la culture de l'asclépiade, et ce, pour de multiples raisons.

Présent vendredi à Saint-Tite pour l'annonce de la subvention de 100 000 $ à Industries Encore 3, M. Giguère y voit une autre occasion de diversifier la production agricole dans la région, une ouverture pour les terres dites moins productives, ainsi qu'un moyen inespéré d'aider les colonies d'abeilles durement malmenées par les temps qui courent, sans oublier le papillon Monarque qui pond ses oeufs sur l'asclépiade et qui a l'habitude de s'arrêter dans la région de Saint-Tite lors de sa migration, avant de repartir vers le Mexique.

«Un projet comme celui-là est novateur, a-t-il confié. Il y a cinq ans à peine, il serait passé inaperçu parce que dans l'imaginaire collectif, l'asclépiade était une mauvaise plante. Aujourd'hui, elle représente un essor économique, pas seulement en emplois mais aussi dans l'utilisation des parcelles qui ne sont plus en culture. On ne peut pas frapper plus que ça dans le mille avec cette usine!»

M. Giguère dit espérer que les agriculteurs qui ont présentement des lopins de terre en friche vont se reconnecter avec la réalité dans le but de développer la région. «Il faut s'intéresser mais aussi être supporté, insiste-t-il. Ici, s'il n'y avait pas eu de la recherche et du développement, il n'y aurait rien. Nos élus provinciaux et fédéraux qui ont coupé des crédits doivent ramener cet argent dans la recherche. Imaginez dans quelques années qu'au lieu des 300 hectares on serait rendus à 10 000. Combien d'emplois on va créer, combien de villages on va revitaliser? C'est tout ça qu'il faut regarder», a-t-il déclaré.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer