Des Trifluviens manifestent à Québec avec le FRAPRU

Le coordonnateur du Front d'action populaire en réaménagement urbain... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le coordonnateur du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), François Saillant

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Des centaines de personnes ont répondu à l'appel du FRAPRU en manifestant samedi après-midi à Québec pour réclamer le financement de nouveaux logements sociaux. Une quinzaine de personnes sont parties de Trois-Rivières pour gonfler les rangs de la foule, répondant ainsi à l'invitation du Comité logement Trois-Rivières.

Le porte-parole du Front d'action populaire en réaménagement urbain, François Saillant, s'est dit inquiet à l'approche du budget que présentera le ministre des Finances, Carlos Leitao, jeudi prochain.

Le FRAPRU veut s'assurer que le programme Accès-Logis va survivre, et qu'il ne sera «coupé» d'aucune façon. François Saillant souligne qu'actuellement, 3000 logements sociaux sont créés, ce qui est «bien peu» par rapport aux besoins.

Un son de cloche repris par Diane Vermette, porte-parole du Comité logement Trois-Rivières. «On est très inquiet quant à l'avenir du logement social. Le programme Accès-Logis, comme à peu près tous les programmes solidaires au Québec, est remis en question. On demande donc au gouvernement de réfléchir avant de couper ce programme-là.»

Selon Mme Vermette, la situation du logement social à Trois-Rivières n'est pas au beau fixe. Les familles monoparentales et les personnes seules auraient de plus de plus de difficulté à dénicher un appartement à la hauteur de leurs moyens financiers. Qui plus est, la gentrification tranquille observable dans les premiers quartiers pousse les plus démunis de l'autre côté de la rivière Saint-Maurice, là oùles services d'aide sont moins accessibles.

M. Saillant craint que le gouvernement se tourne vers d'autres formules qui passeraient par le marché privé de l'habitation. Des logements vacants seraient ainsi loués pour y faire entrer des gens qui ont besoin de gîtes, ce qui ne créerait pas de nouveaux logements sociaux.

Le FRAPRU veut également faire pression sur le ministre fédéral Joe Oliver qui déposera son budget en avril. Le FRAPRU exige que ce budget annonce la prolongation immédiate des subventions fédérales aux logements sociaux existants.

François Saillant rappelle que des milliers de logements coopératifs et sans but lucratif perdront, dès 2015 et 2016, les subventions qu'ils reçoivent d'Ottawa depuis des décennies, ce qui entraînera de très fortes hausses de loyer pour les locataires à faible revenu qui y demeurent.

Avec la collaboration d'Olivier Gamelin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer