• Le Nouvelliste > 
  • Actualités 
  • > La Coalition qui s'oppose à la fluoration dit s'être fait mettre à la porte du Carrefour... 

La Coalition qui s'oppose à la fluoration dit s'être fait mettre à la porte du Carrefour Trois-Rivières-Ouest à cause du maire

Robert Duchesne, qui a participé à quelques reprises... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Robert Duchesne, qui a participé à quelques reprises aux séances du conseil municipal de Trois-Rivières, est conscient que la CTETS dérange.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Coalition trifluvienne pour une eau très saine (CTETS) s'est vue dans l'obligation de quitter son kiosque au Carrefour Trois-Rivières-Ouest, vendredi, où elle tenait une activité d'information sur la fluoration de l'eau potable. Selon les membres de la CTETS, l'organisation se serait fait montrer la porte de sortie à la suite d'une plainte déposée par le maire Yves Lévesque et certains de ses conseillers.

«Tout s'est fait avec beaucoup de courtoisie. Il nous ont demandé de nous retirer avec politesse», confirme Robert Duchesne, membre actif de la CTETS. «Notre présence dérangeait. Or, il y a un employé de la Ville qui nous a interpellés et nous a même injuriés. Il s'est posté devant notre kiosque avec un regard haineux et, tout d'un coup, il nous a traités de stupides et tout ça. Trente minutes plus tard, nous étions expulsés.

La dame du Carrefour Trois-Rivières-Ouest nous a indiqué que le maire et quelques conseillers avaient porté plainte. Une heure plus tard, la nouvelle paraissait dans les médias. Je ne vois pas pourquoi le centre d'achat aurait appelé les médias pour leur dire qu'il nous expulsait», se questionne M. Duchesne. 

Du côté du Carrefour Trois-Rivières-Ouest, on indique que les membres de la CTETS faisaient signer aux passants une pétition contre la fluoration de l'eau potable à Trois-Rivières. Comme toute sollicitation est interdite à l'intérieur du mail, on a tout simplement demandé à l'organisation de cesser ses activités. Jamais, indique-t-on, l'administration du Carrefour n'a «mis à la porte» la CTETS.

Au départ, la CTETS avait informé les responsables du Carrefour qu'elle désirait publiciser la Journée Mondiale de l'eau qui aura lieu le 22 mars prochain. Lorsque l'administration du centre commercial s'est aperçue qu'on proposait également aux badauds de signer une pétition contre la fluoration, elle a demandé à la CTETS de cesser ses activités. En effet, aucune sollicitation de nature politique ou revendicatrice n'est admise dans l'enceinte du mail.

«En aucun cas nous n'obligeons les gens à signer et nous ne mettons aucune pression pour qu'ils le fassent. De dire que nous faisons de la sollicitation intense, c'est aller dans l'extrême», affirme M. Duchesne.

La CTETS se dit néanmoins satisfaite des résultats de l'activité puisque plus de 200 signatures ont été récoltées en quelques heures et s'ajoutent maintenant aux 8000 déjà comptabilisées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer