Défi ski 12 heures de Leucan: se souvenir de Camille... et des autres

Florence Cornibert, mère de Camille, et Evelyne Corbeil,... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Florence Cornibert, mère de Camille, et Evelyne Corbeil, de la famille porte-parole de cette 5e édition, ont skié pendant 12 heures en mémoire de la petite Camille, décédée à l'âge de 5 ans.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Pour la famille Corbeil, le Défi ski 12 heures de Leucan représente bien davantage qu'une journée de plein air durant laquelle on dévale les pentes de la station Vallée du parc.

Toute la famille a profité de cette activité de financement pour skier avec la petite Camille, décédée d'un cancer des reins alors qu'elle était âgée d'à peine cinq ans. Durant la maladie de Camille, et après, la famille Corbeil a bénéficié du soutien financier et psychologique offert par Leucan, histoire de souffler un peu entre les différentes étapes de la maladie et, malheureusement, du deuil.

«Leucan nous a aidés pendant la maladie, et après pour vivre notre deuil. Ils nous ont donné l'information et le soutien psychologique dont nous avions besoin. Nous avons beaucoup reçu, c'est maintenant l'heure pour nous de redonner», souligne Mme Corbeil.

«Quand on annonçait à Camille qu'on allait à Sainte-Justine, c'était merveilleux pour elle, alors qu'elle allait y passer l'enfer, car elle allait retrouver Caroline, une employée de Leucan à la salle de jeu en oncologie. Simplement en voyant Caroline, Camille savait qu'elle allait passer une journée de plaisir et de bonheur. Elle avait hâte d'y aller», se rappelle-t-elle.

Plus de 50 000 $ ont été amassés samedi par 154 skieurs et planchistes afin de financer la recherche contre le cancer, certes, mais également les différents services proposés par Leucan aux quelque 300 familles québécoises qui doivent vivre avec les affres du cancer infantile. La quarantaine d'équipes enregistrées au bas des pentes de Vallée du parc étaient ainsi invitées a descendre au minimum une pente par heure afin de «relever le défi», une performance bien modeste lorsque mis en parallèle aux traversées du désert qu'affrontent quotidiennement les enfants malades.

Pour la famille Corbeil, porte-parole de cette 5e édition, cette journée de ski aura été l'occasion de se remémorer les beaux moments passés en compagnie de la petite Camille, mettant la vie sur pause, appréciant l'instant présent et les richesses qu'il contient comme un coffre aux trésors.

«Pour notre famille, c'est le moment annuel où on pense à notre Camille de façon particulière. Cette journée-là, on la consacre vraiment, et dans le plaisir et le festif, à la mémoire de Camille. Ce n'est pas triste notre affaire. Ça nous permet de se dire que le bonheur que l'on a, nous, d'être ensemble, ce bonheur il est parfait», avoue Mme Corbeil non sans laisser paraître dans sa voix un accent de nostalgie.

À 23 h, des feux d'artifice ont illuminé les pentes de Vallée du parc, autant de lumières multicolores comme autant d'espoir, redonnant courage aux familles touchées par le cancer infantile. Skieurs et bénévoles, les yeux tournés vers le ciel, ont pris le temps de s'arrêter, à l'instar de la famille Corbeil, réalisant l'impact positif de leur implication. Une «surprise» réservée par Leucan a ceux qui, après 12 heures à glisser sur la neige, sont repartis dans la chaleur de leur famille où manque parfois cruellement la présence d'un de ses membres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer