Irina Mysliakovskaia est libérée

Irina Mysliakovskaia... (photo: Sylvain Mayer)

Agrandir

Irina Mysliakovskaia

photo: Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Irina Mysliakovskaia vient d'obtenir sa libération. La Commission des libérations conditionnelles du Canada a décidé hier de libérer cette femme qui avait écopé en mai 2013 d'une sentence de quatre ans de prison pour conduite avec les facultés affaiblies causant la mort de Katherine Beaulieu en 2010.

La conductrice fautive avait obtenu, en juillet 2014, l'autorisation de poursuivre sa détention dans une maison de transition. À l'époque, elle n'avait pas réussi à avoir la confirmation de sa libération conditionnelle qui était effective en octobre dernier. 

L'accident qui a coûté la vie à Katherine Beaulieu est survenu en mai 2010. La voiture qu'elle conduisait sur l'autoroute 55 a été fauchée par celle d'Irina Mysliakovskaia, elle qui roulait en sens inverse sur la voie rapide avec un taux d'alcool de plus de 80 mg par 100 ml de sang.

Lise Lebel, la mère de la jeune victime, dénonce vivement la décision de la commission des libérations conditionnelles. «Ils nous donnent l'impression qu'on a [les victimes] des droits. Mais on n'en a pas de droit. Quand madame est sortie hier, elle avait tout son soutien: psychologue, thérapeute, agent de probation», s'insurge la mère de Katherine Beaulieu qui n'arrive pas à comprendre pourquoi la femme responsable de la mort de sa fille a eu droit à une libération conditionnelle aussi rapidement.

 «Moi, quand je suis sortie tout croche hier, je n'avais pas personne. Je n'ai pas de psychologue qui m'a pris en main. Les victimes n'ont pas de soutien. C'est zéro et une barre. Nous avons été éjectés. On nous a sorti du processus.»

Plus de réactions dans Le Nouvelliste de vendredi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer