Semaine de relâche: un redoux apprécié par les centres de plein air

La trêve de congélation accordée par Dame nature pour la semaine de relâche... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La trêve de congélation accordée par Dame nature pour la semaine de relâche fait l'affaire non seulement des familles en congé, mais aussi celle des responsables de centres de plein air où se pratiquent les sports d'hiver. Quand on s'enquiert de l'achalandage observé cette semaine, la plupart des dirigeants de ces centres évoquent spontanément la clémence de la température par rapport à celle de février.

Les sentiers de patinage du Domaine de la... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Les sentiers de patinage du Domaine de la forêt perdue à Notre-Dame-du-Mont-Carmel étaient très achalandés, mercredi.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Le Centre de glisse Vallée du Parc connaît... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste) - image 1.1

Agrandir

Le Centre de glisse Vallée du Parc connaît une belle semaine de relâche, notamment grâce au redoux observé par rapport aux températures glaciales de févirer.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

«Ça va super bien cette semaine! C'est certain que la température aide», commente Annie Brousseau, directrice générale adjointe à Vallée du Parc. Même constat et même expression de la part du directeur du Centre de ski de La Tuque, Guy St-Arnaud: «C'est une excellente semaine, la température aidant».

«Il était temps», ajoute le Latuquois qui a remarqué l'effet nuisible des mercures polaires de février sur la motivation des skieurs.

«Février a été difficile à cause du froid. D'autres années, c'est la pluie qui dérange. On peut avoir trois ou quatre épisodes de pluie, alors que cette année, on n'en a eu qu'un, autour du 25 décembre», compare M. St-Arnaud. À Vallée du Parc, Annie Brousseau nuance toutefois que «février n'a pas été catastrophique» et suppose que les amateurs de ski et de planche sont assez résistants au froid.

À la station de plein air Val-Mauricie du parc de l'Île-Melville, la directrice Marie-Louise Tardif a pour sa part remarqué que le froid de février, surtout les dimanches, a provoqué une baisse de 50 % de la clientèle.

Heureusement, la semaine de relâche contribue à équilibrer le bilan, puisqu'environ 500 personnes se présentent chaque jour depuis le début de la semaine pour profiter des pentes de ski et couloirs de glisse à proximité de l'école secondaire Val-Mauricie dans le secteur Shawinigan-Sud. «C'est vraiment excellent, cette semaine. C'est au-delà de nos espérances. On est à pleine capacité!», se réjouit Mme Tardif, qui ajoute que les sentiers de raquette et de ski de fond ainsi que l'auberge de l'île Melville jouissent également d'un grand attrait.

Les amateurs de patinage et de raquette sont aussi choyés pouvant profiter des sentiers du Domaine de la forêt perdue à Notre-Dame-du-Mont-Carmel sans se geler les orteils. «On est super contents de l'achalandage cette semaine. On voit des familles avec des enfants, des gens qui ont choisi de venir faire des activités à l'extérieur et qui repartent pleins d'énergie», commente la directrice administrative de l'endroit, Thérèse Deslauriers.

Le nouveau labyrinthe suspendu au Domaine de la forêt perdue pique la curiosité des visiteurs, nombreux à réserver leur place pour l'essayer. Au chapitre des nouveautés, l'engouement se fait également sentir pour la luge alpine à Vallée du Parc, une activité proposée depuis l'ouverture de la saison 2014-2015.

Annie Brousseau et Guy St-Arnaud ont constaté une diversification de la provenance de la clientèle pendant la semaine de relâche dans leur centre respectif. «Il y a beaucoup de nouveaux skieurs, qui ne sont pas des réguliers, qui n'ont pas d'abonnement. On voit des familles qui viennent parce que c'est la semaine de relâche. Mais on voit aussi beaucoup de gens de l'extérieur, qui ont de la famille ou des amis par ici, ou un chalet, par exemple», illustre Mme Brousseau, dans un constat partagé par M. St-Arnaud.

Au parc de l'Île Saint-Quentin, les constats miroitent ceux observés ailleurs. Stéphane Lamothe témoigne d'une hausse de clientèle depuis le début de la semaine de relâche, ce qui représente un soulagement par rapport à la baisse de fréquentation de février.

Des activités à l'intérieur

Les familles qui profitent de la semaine de relâche peuvent aussi se divertir à l'intérieur. Plusieurs musées et centres d'exposition de la région proposent des activités spéciales, comme par exemple le Musée québécois de culture populaire à Trois-Rivières, le Centre de la biodiversité du Québec à Bécancour, le Centre des arts de Shawinigan et le Musée des religions du monde à Nicolet.

Au Centre de la biodiversité, où une partie des visites se déroule à l'extérieur, la directrice Carole Bellerose indique que l'exposition Bioluminescence est très populaire, et que les visites se déroulent pour la plupart à guichet fermé cette semaine.

Au Musée des religions du monde, le coordonnateur de l'action éducative Mathieu Fortin se réjouit également du succès des activités spéciales proposées pour la semaine de relâche. «C'est au-delà de nos espérances, surtout qu'on n'a pas une grande tradition dans ce domaine...», dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer