Conduites d'eau gelées: des mesures exceptionnelles

Le nombre de conduites d'eau gelées ne cesse... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le nombre de conduites d'eau gelées ne cesse d'augmenter à Trois-Rivières. Depuis le début de la «crise», pas moins de 225 résidences ont été ou sont toujours privées d'eau.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le nombre de conduites d'eau gelées ne cesse d'augmenter à Trois-Rivières. Depuis le début de la «crise», pas moins de 225 résidences ont été ou sont toujours privées d'eau. Mercredi après-midi, près de 80 résidences figuraient toujours sur la liste d'attente du service des travaux publics.

Et les citoyens touchés devront patienter de sept à dix jours avant d'obtenir les services de la Ville. Afin de répondre à cette situation exceptionnelle, la Ville met en place des mesures tout autant exceptionnelles. 

Des résidents des quartiers Normanville et Saint-Sacrement ont reçu la directive par la Ville, soit par écrit ou par des appels téléphoniques, de laisser couler un filet d'eau de la grosseur d'un crayon, l'équivalent d'un litre à la minute, jusqu'au 30 avril.

Plus précisément, le périmètre touché par cette directive se situe entre les boulevards Saint-Louis, des Chenaux, des Récollets et des Forges. Les grands immeubles à logements, très nombreux notamment autour du Cégep de Trois-Rivières, ne sont pas touchés par cette mesure.

«Le gel des conduites d'eau touche particulièrement les quartiers plus anciens de Trois-Rivières, car les conduites sont enfouies moins profondément que ce que les normes actuelles prévoient»,

a souligné mercredi après-midi Alain Lizotte, le chef du service des travaux publics à la Ville de Trois-Rivières. 

Ailleurs à Trois-Rivières, seuls les résidents qui ont déjà été confrontés avec un gel de leur conduite d'eau cet hiver doivent laisser couler un filet d'eau. La Ville indique toutefois que les résidents qui ont des maisons alimentées par de l'eau d'un puits artésien, comme les citoyens des secteurs

Sainte-Marthe-du-Cap et Saint-Louis-de-France, ou qui sont munies d'une fosse septique ne doivent pas laisser couler l'eau. 

Shawinigan

Avec le froid des dernières semaines, Shawinigan ne fait pas exception, les cas de conduites d'eau gelées sont nombreux. Mercredi, en fin d'après-midi, on dénombrait 405 gels de conduite d'eau, un chiffre exceptionnel selon la Ville.

«L'année passée, c'était une grosse année et il y en a eu 150. Alors, c'est vraiment exceptionnel», a fait remarquer François St-Onge, directeur des communications de la Ville de Shawinigan.

Le délai d'attente est de deux à trois jours. De nombreuses équipes s'affairent sur le terrain à résoudre la situation.

«On travaille beaucoup en collaboration avec des plombiers privés. On a des employés des travaux publics et des gens du privé qui nous aident de sorte qu'on peut avoir jusqu'à huit ou neuf équipes sur le terrain pour travailler à dégeler», a souligné M. St-Onge.

La Tuque

La situation s'est améliorée dans la journée de mercredi à La Tuque, toutefois le délai d'attente est encore de quatre à cinq jours, mais la Ville estime qu'elle aura terminé le travail dimanche, si tout va pour le mieux.

«On a fait l'achat d'une nouvelle petite machine qui va être livrée jeudi (aujourd'hui). On a embauché service Multi Pro Jet. Ils ont de l'équipement et ils ont commencé à en faire également. [...] On a ajouté une troisième équipe qui prépare le terrain pour améliorer l'efficacité. S'il n'y a pas trop de

nouveaux cas, on devrait avoir passé à travers la liste, mais c'est certain que les équipes vont travailler samedi et dimanche», a mentionné Hélène Langlais, directrice des communications de la Ville de La Tuque.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer