Blitz de stérilisation des animaux

La présidente de l'Association des médecins vétérinaires du... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

La présidente de l'Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux, Valérie Trudel, le directeur général de la SPA Mauricie Serge Marquis et la vétérinaire pour la SPA Mauricie Anne Marsan veulent sensibiliser la population à l'importance de la stérilisation animale.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Un blitz de stérilisation des animaux adoptables s'est tenu mardi aux deux installations de la Société protectrice des animaux (SPA) de la Mauricie dans le contexte de la troisième Journée nationale de la stérilisation animale au Québec. Cette démarche de sensibilisation met l'accent sur l'importance de la stérilisation comme moyen de limiter la surpopulation animale.

Les animaux hébergés aux locaux de la SPA de Trois-Rivières et de Shawinigan ont subi l'intervention chirurgicale en série au cours de la journée grâce à la collaboration de partenaires dont le Collège Laflèche, qui offre le programme de Techniques de santé animale, ainsi que plusieurs cliniques et hôpitaux vétérinaires de la région. Le but est de réduire le nombre d'animaux de compagnie (particulièrement les chats) non désirés, négligés et abandonnés.

Cette démarche nationale est chapeautée par l'Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux. La présidente et le directeur général de l'association, les docteurs Valérie Trudel et Michel Pépin, étaient à Trois-Rivières mardi pour le lancement de la journée.

«Notre présence ici n'est pas le fruit du hasard. Nous voulons souligner l'excellent travail de collaboration entre cet organisme, ses dirigeants et les nombreux établissements vétérinaires de la  région. Lors des deux premières éditions de la Journée nationale de la stérilisation, la SPA Mauricie fut sans conteste l'organisme qui s'est le plus démarqué au Québec en termes d'activités et de promotion de l'événement», a commenté Mme Trudel.

La vétérinaire a profité de la journée thématique pour dévoiler les résultats d'un sondage s'intéressant aux propriétaires de chats qui font le choix de laisser leur animal vagabonder à l'extérieur de la maison.

La question de l'identification des animaux a aussi été soulevée dans cette consultation effectuée auprès de 1792 personnes le mois dernier.

Le sondage réalisé pour le compte de l'Association des médecins vétérinaires en collaboration avec le Centre de distribution des médicaments vétérinaires et Royal Canin, révèle que «près de quatre ménages sur dix, soit 39 %, laissent présentement sortir leurs chats à l'extérieur» et que «la moitié des ménages dont les chats sortent de la maison n'ont aucune identification», ce qui induit plus facilement l'errance en cas de fugue.

La vétérinaire rappelle que les chats errants non stérilisés «peuvent participer à la surpopulation de chats non désirés qui finissent leur vie dans les refuges, ou pire, dans la rue».

«Nous considérons que la stérilisation des petits animaux est liée directement au respect de la vie animale. En limitant le nombre de naissances, nous pouvons participer à réduire la surabondance d'animaux souvent en pleine santé qui doivent malheureusement être euthanasiés», soutient la Dre Trudel.

Anne Marsan, vétérinaire à la SPA Mauricie, ajoute que la stérilisation des animaux de compagnie amène la diminution de risques reliés à la santé (cancers mammaires ou troubles de la prostate), la suppression des chaleurs, des saignements ou miaulements intempestifs chez les femelles, ainsi que la diminution des fugues, du vagabondage et du marquage de territoire.

L'Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux demande aux autorités municipales de prendre les mesures nécessaires pour inciter les propriétaires à bien identifier leurs chats et de développer des programmes pour favoriser la stérilisation des chats errants, «tout en sachant qu'ultimement ce sont quand même les propriétaires qui ont la responsabilité non seulement de bien faire identifier leurs animaux, mais également de les faire stériliser».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer