La Société canadienne du cancer recherche des artistes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Société canadienne du cancer (SCC) lance un appel aux Trifluviens qui vivent ou ont vécu une période de cancer et qui ont utilisé l'art comme moyen d'évasion. On les invite à s'inscrire pour participer aux Découvertes culturelles de Trois-Rivières, un événement qui, du 24 au 26 avril, mettra en valeur les oeuvres et le talent des citoyens.

Il s'agira d'une cinquième participation de la Société canadienne du cancer locale à ce rendez-vous annuel. Cette année, les responsables ont décidé d'élargir l'invitation et d'inclure les proches aidants. «C'est une période très difficile pour les aidants. On veut démontrer que pour eux aussi, l'art peut faire du bien. Leur participation démontrerait que le cancer laisse des marques chez les aidants», croit Sylvie Laveault, agente services à la communauté pour la SCC.

Mme Laveault précise que les personnes qui exposent leurs oeuvres doivent, dans la mesure du possible, être présentes lors des journées de l'activité afin d'interagir avec le public. Les échanges peuvent être enrichissants de part et d'autre. Et cette année, on optimise ce potentiel d'identification et de partage en greffant la participation des aidants.

Certains artistes présentent leurs créations depuis le début de l'association avec les Découvertes culturelles. «Certains me disent: Les gens ne seront pas tannés de me voir?». Mais non! Ça démontre aux gens qu'ils sont encore en vie. Ce n'est pas parce qu'on a un diagnostic de cancer qu'on sera décédé deux ou trois ans plus tard. Il y a un côté bien positif là-dedans», indique Sylvie Laveault.

Celle-ci témoigne de la modestie des personnes atteintes de cancer, qui ne croient pas que leurs créations sont de calibre à être exposées. Justement, leur répond-elle, les Découvertes culturelles existent pour donner une vitrine aux citoyens qui s'expriment par la création artistique, de façon autodidacte ou non. «Ça peut être de la peinture, une belle pièce de dentelle, de la calligraphie... On avait un homme qui faisait des oeuvres à partir de coquillages et de sable», énumère-t-elle.

«L'art permet de tout oublier, de déconnecter, de s'évader. Ça amène aussi du positif et de la fierté. De montrer une oeuvre permet de dire que les gens qui vivent ou ont vécu un cancer ont encore du potentiel, qu'ils ne sont pas que des personnes malades, qu'ils existent encore comme individus complets», conclut Mme Laveault.

Dans cette optique, la Société canadienne du cancer propose des ateliers d'expression par les arts. Une série de sept rencontres débutera d'ailleurs ce printemps. Pour ce qui est de la participation aux Découvertes culturelles, les personnes intéressées ont jusqu'au 1er mars pour s'inscrire en téléphonant au 819 374-6744.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer