10 000 $ ont été amassés pour les deux orphelins trifluviens

Le fonds Étoiles de mère a été lancé... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Le fonds Étoiles de mère a été lancé mardi par l'ancienne députée de Trois-Rivières Danielle St-Amand, le président du conseil d'administration du Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières André Goudreau et l'instigatrice de la démarche d'aide aux deux orphelins, Stéphanie Renière.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'histoire de ce jeune homme de 19 ans devant prendre en charge sa petite soeur de neuf ans à la suite du décès de leur mère a ému la région, qui a déjà offert 10 000 $ pour les aider. L'appel à la mobilisation lancé par Stéphanie Renière et appuyé par l'ancienne députée Danielle St-Amand a porté ses fruits, et devant l'abondance des dons, un fonds dédié a été instauré en partenariat avec le Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières (CPSTR).

Rappelons qu'il y a une douzaine de jours, Stéphanie Renière s'est sentie interpellée par le cas d'une fillette de la classe de son fils qui venait de perdre sa mère victime du cancer, deux ans après le décès de son père. Apprenant que le grand frère de l'enfant devenait son tuteur légal et anticipant tout ce que cela impliquait en termes de responsabilités, Mme Renière a lancé un appel sur Facebook pour solliciter les dons afin d'aider les deux orphelins.

À son tour touchée par la démarche de Stéphanie Renière, qu'elle ne connaissait pas, Danielle St-Amand a proposé son assistance dans la gestion des dons qui s'accumulaient. L'ancienne députée (aussi ancienne directrice de la fondation du CHRTR) a contacté le président du conseil d'administration du Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières, un organisme qu'elle avait contribué à démarrer en 2009.

En parlant du fonds nommé Étoiles de mère, le président du CPSTR André Goudreau indique que «la pédiatrie sociale, c'est bien plus que de la pédiatrie, c'est plus que l'aspect clinique. Le fonds dédié démontre qu'on est là pour soutenir les causes et les événements de la vie qui arrivent à des enfants vulnérables».

M. Goudreau siège au sein du comité formé pour la gestion du fonds en compagnie du trésorier du CPSTR Yves Lamarre, de Stéphanie Renière et du jeune homme de 19 ans.

Il explique que le rôle du CPSTR et du comité consiste à «détenir des fonds au nom des enfants et administrer les fonds de façon convenable. Soyez assuré qu'il n'y aura pas un sou qui sera dépensé autrement que pour les besoins des enfants et que chaque sou va être réfléchi par le comité - et pas réfléchi pendant 14 heures, réfléchi rapidement.»

Danielle St-Amand aussi assure que «cet argent-là est géré sérieusement. Les dépenses seront approuvées et l'argent sera décaissé sur des preuves de factures». Elle salue le sens des responsabilités du jeune homme qui a quitté ses études au Cégep pour faire face à son nouveau rôle. «Mais on l'encourage à retourner à l'école», mentionne-t-elle en parlant de l'étudiant qui, de surcroît, ne pourra plus compter sur son emploi au magasin Target, dont la fermeture est imminente.

Une initiative à long terme

Quant à Stéphanie Renière, elle espère que son initiative continuera à se développer. «Évidemment, toute cette démarche se veut à long terme. Quand à l'origine j'ai parlé à la professeure de l'enfant pour lui demander ce qu'on pouvait faire en tant que parent, elle m'avait parlé de plats congelés pour aider les jeunes dans les semaines qui viennent. Je ne pouvais pas m'en tenir juste à ça! Pour moi c'était une responsabilité sociale», partage-t-elle.

Propriétaire de la boutique Fleurs illico et mère de deux enfants, Mme Renière apprécie l'aide de Mme St-Amand et l'implication du Centre de pédiatrie sociale dans son élan altruiste. «Avec cette structure-là, je pense qu'on va pouvoir être en mesure de penser à long terme et offrir un avenir meilleur aux deux jeunes», conclut-elle.

Les dons en ligne peuvent être transmis en cherchant le Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières au www.canadon.org ou via le www.canadahelp.org/fr/dn/5234.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer