Les opérations de renflouement du navire échoué pourraient débuter mercredi

Le Chaulk Determination, ce remorqueur qui a coulé... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le Chaulk Determination, ce remorqueur qui a coulé dans le fleuve Saint-Laurent le 26 décembre dernier alors qu'il était à quai pour hibernation au port de Trois-Rivières, pourrait être renfloué dès mercredi.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Trois-Rivières) Le remorqueur Chaulk Determination, ce navire qui a sombré dans le fleuve Saint-Laurent le 26 décembre dernier alors qu'il était à quai au port de Trois-Rivières pour l'hiver, devrait être renfloué dès mercredi. C'est du moins ce qu'affirme la Garde côtière canadienne qui indique du même souffle que l'opération est complexe et que des retards peuvent survenir.

«Des plongeurs ont soudé des plaques en métal munies d'ancrages sur le bateau qui serviront à attacher les câbles pour renflouer le navire», a expliqué lundi le porte-parole de la Garde côtière canadienne, Michel Plamondon, en soulignant que l'opération de renflouement pourrait, si tout va bien, débuter dès mercredi.

«Les opérations ont toutefois été un peu plus longues que prévu», avoue-t-il par la suite.

L'entreprise mandatée pour le renflouement du navire, le Groupe Océan, s'est affairée lors des dernières semaines à retirer les glaces souillées d'hydrocarbures qui ceinturent le navire. Cette étape était d'ailleurs toujours en cours mercredi, alors qu'on faisait fondre de la glace souillée pour y récupérer les hydrocarbures. Par ailleurs, des plongeurs ont récupéré près de 10 000 litres de diesel qui se trouvaient toujours dans les réservoirs du navire après que celui-ci eut sombré. D'ici à ce que le navire soit renfloué, des estacades encercleront toujours le remorqueur afin de récupérer les hydrocarbures qui pourraient s'y échapper.

Afin de renflouer plus facilement le Chaulk Determination, le Groupe Océan injectera de l'air à certains endroits du remorqueur, avant que celui-ci soit soulevé avec les câbles préalablement attachés sur les ancrages installés par des plongeurs.

Une fois ces délicates opérations réussies, le navire restera à quai jusqu'à la fin de l'hiver. «Nous allons nous assurer que l'hibernation soit sécuritaire», a noté Michel Plamondon de la Garde côtière canadienne.

L'opération de renflouement réalisée par le Groupe Océan devrait coûter environ 1 million $. Ce montant n'inclus toutefois pas les coûts engendrés par la récupération des hydrocarbures à la suite du naufrage ainsi que la surveillance du site. Nous savons déjà que le propriétaire du navire, l'entreprise Chaulk Air de Moncton, ne sera pas en mesure de payer la facture. La Garde côtière assure toutefois qu'elle étudie toutes les possibilités pour être remboursée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer