Nuits polaires par temps glacial

Les feux d'artifice offerts samedi ont éclairé un... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les feux d'artifice offerts samedi ont éclairé un ciel d'encre par un froid avoisinant les -23 degrés Celsius, ce qui n'a d'ailleurs pas empêché des milliers de personnes d'assister au spectacle.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il faisait froid en fin de semaine, certes, mais la température glaciale n'a pas refroidi les milliers de personnes qui ont participé aux multiples activités organisées dans le cadre de la 9e édition des Nuits polaires. Les traditionnels feux d'artifice, servis samedi à l'heure de grande écoute, ont été particulièrement appréciés, réchauffant une foule nombreuse de chalands tapant du pied en cadence pour ne pas se geler le bout des orteils.

Le groupe québécois Kaïn a présenté samedi soir... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le groupe québécois Kaïn a présenté samedi soir ses plus grands succès devant une foule vendue à l'avance et réchauffée par les notes électriques qui s'éparpillaient dans le parc Champlain. 

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Pour le grand bonheur des enfants, les véritables... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste) - image 1.1

Agrandir

Pour le grand bonheur des enfants, les véritables rois de cette 9e édition des Nuits polaires, l'acrobate et jongleur Yan Solo a cumulé les prestations au cours de la fin de semaine.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Sur le coup de 19 h, les premières fusées incandescentes ont éclairé un ciel noir comme l'encre en s'élevant dans les airs aux cris des ha! et des wow! lancés sans retenue par les petits et les grands. Les enfants étaient nombreux à s'agglutiner le long du fleuve à moitié gelés, tantôt accrochés à leur petite voiture, tantôt emmitouflés dans un traîneau de fortune, mais toujours le sourire aux lèvres et les joues rougies par les degrés Celsius qui sont descendus jusqu'à -23. Agrémentés des sons éclatants de trompettes de carnaval qui battaient le rythme, les feux d'artifice ont duré une dizaine de minutes, s'achevant dans une pétarade de hourras et de couleurs.

Les festivaliers se sont alors engouffrés sur la rue des Forges, bifurquant sur la rue Hart en direction du parc Champlain où les attendait sur les planches un chansonnier, mains nues et seul à la guitare, lui-même attisé par l'ardeur de cette foule en liesse. Originaire de Moncton, Al Boss n'aura pas trimé dur pour aviver l'assistance gagnée à l'avance aux succès du rock'n roll qu'il a présentés. Il faut dire que les organisateurs des Nuits polaires avaient prévu le coup des engelures, parsemant ici et là à travers le parc des feux de foyer bien nourris et des systèmes de chauffage mobile très populaires.

À 20 h, le groupe Kaïn a fait oublier par le dynamisme et l'énergie de ses plus grands tubes les petits degrés Celsius qui ne cessaient de s'égrener en débandade.

Toujours samedi, les plus sportifs et les courageux ont pu s'adonner à des défis de course à pied sur une distance de 2,5 km, 5 km ou 10 km à travers le centre-ville sur un parcours urbain spécialement aménagé. Tous les profits amassés lors de ce jogging hivernal ont été remis au Fonds Jean-Pierre-Petit de la Fondation régionale pour la santé de Trois-Rivières qui vient en aide aux personnes atteintes d'un cancer du cerveau.

Dimanche, le quatuor Rose Vagabond a répandu dès 13 h ses notes aux accents québécois et cajuns, donnant des airs franco-louisianais à la scène principale du parc Champlain. Le dompteur de quilles enflammées et de balles sauvages, Yan Solo, à quant à lui émerveillé les enfants sur la scène de spectacle dédiée à la jeunesse.

Le virage familial entrepris par la force des choses lors de cette 9e édition aura permis aux festivaliers de prendre plaisir au maximum. Les activités gratuites proposées au parc Champlain ont attiré à elles seules des milliers de personnes. Les enfants avaient les yeux brillants à la vue des poneys, des sculptures de glace, du fort géant aux allures du film La guerre des tuques, de l'animation clownesque assumée par Yahou, des cours d'initiation aux karts à pédale, du labyrinthe, des montagnes de neige où les glissades s'enlignaient en continu et de l'incontournable bonhomme de neige géant.

Rappelons qu'avec un budget d'environ 100 000 $, les Nuits polaires sont financées par la Ville de Trois-Rivières. L'organisation, chapeautée par la Corporation de l'Amphithéâtre, rédigera un bilan complet de l'activité au cours des prochains jours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer