• Le Nouvelliste > 
  • Actualités 
  • > Le recteur du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap ne croit pas à la venue du pape au Québec 

Le recteur du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap ne croit pas à la venue du pape au Québec

Le père Ouellet ne croit pas que le... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le père Ouellet ne croit pas que le pape François acceptera l'invitation du maire Denis Coderre.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il y aurait bien peu de chances de voir le pape François répondre à l'invitation du maire de Montréal, Denis Coderre, de venir au Québec en 2017 à l'occasion des fêtes du 375e anniversaire de Montréal, et encore moins qu'il fasse un arrêt à Cap-de-la-Madeleine chemin faisant vers Québec, où il est aussi invité.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, aimerait bien... (Photo: AP) - image 1.0

Agrandir

Le maire de Montréal, Denis Coderre, aimerait bien recevoir le pape François pour le 375e anniversaire de sa ville. Il a eu la chance de le rencontrer au Vatican mercredi.

Photo: AP

C'est l'avis du recteur du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, Yoland Ouellet, réputé pour être un homme terre à terre, et qui a bien observé les habitudes du nouveau pape. «J'ai vu ça dans les journaux, l'invitation du maire Coderre. Connaissant notre François, quand il se déplace dans un pays, il n'y reste pas longtemps. Il est contre les visites qui coûtent trop cher à l'Église et à la nation qui le reçoit [le voyage de Jean-Paul II au Canada avait duré douze jours, NDLR]. Il est contre les dépenses folles. Le séjour d'un pape pour quatre ou cinq jours, ça demande beaucoup, entre autres pour sa sécurité. Ce que je sais, c'est qu'il fait surtout des courts séjours de deux jours. Même en Israël, il n'est pas resté longtemps.»

Le père Ouellet ajoute que si ce pape venait au Canada, il ferait un maximum de deux arrêts. «Bon, s'il venait, deux grosses villes se l'arracheraient, je ne crois pas qu'il arrêterait à Cap-de-la-Madeleine. Je n'ai pas de raison majeure pour lui demander de s'y arrêter sinon que c'est un sanctuaire marial et qu'un des premiers gestes qu'il a posés, une fois élu, c'est de confier son pontificat à la Vierge Marie. Déjà, la raison pour laquelle Montréal l'invite est floue, je dirais, note-t-il en riant. Le berceau de la foi catholique en Amérique du nord, c'est plutôt Québec. Voyez les canonisations que l'on a eues, observe-t-il, en oubliant visiblement le Frère André. La marque du christianisme est beaucoup plus forte à Québec. En plus, il faut passer à travers tout un protocole. C'est long entre la demande et la réponse. François est réclamé par une cinquantaine de pays.»

Le recteur du sanctuaire fait aussi remarquer que ce pape semble choisir de s'arrêter surtout dans les pays où les chrétiens sont victimes d'injustice et de haine. «C'est un artisan de paix, un homme très réfléchi. Il choisit des pays où il a des choses à dire. Comme au Sri Lanka. Il est allé soutenir une minorité de chrétiens. Il faut le faire! Il va privilégier des pays où les situations sont tendues, dans le but d'apporter un peu d'espérance à ces gens-là et un message de foi. À ce point de vue, au Québec, on n'est pas en crise. Nous ne sommes pas dans les priorités du pape François», insiste-t-il en éclatant de rire.

Mais cela dit, M. Ouellet n'a pu s'empêcher de remarquer que le maire Coderre était accompagné lors de sa visite au Vatican, de l'archevêque de Montréal, Christian Lépine et du cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec. «C'est ce qu'il faut faire, car ce sont les autorités ecclésiastiques qui font les demandes à d'autre autorités ecclésiastiques du Vatican. Mais bon, est-ce qu'on étudie ce dossier? Je ne sais pas, mais ces deux personnes peuvent ouvrir des portes au Vatican et pousser l'invitation un peu plus loin», reconnaît-il, mais sans trop y croire, d'autant plus qu'en 2015, le pape François sera à Philadelphie pour le grand rassemblement pour la famille, un congrès mondial qui se prépare depuis des années.

«J'y serai personnellement et nul doute que plusieurs Québécois y seront aussi. Philadelphie c'est proche. Ce voyage du pape peut jouer contre nous autres. C'est un peu comme aux Philippines où il vient d'aller. Il y a un grand congrès eucharistique international en 2016. Le Saint Père est toujours invité à ces congrès eucharistiques et parfois, il se déplace. Mais comme il est déjà allé aux Philippines, il n'ira pas au congrès, ses priorités sont faites. »

Le père Ouellet conclut en disant qu'il a quand même hâte de connaître la réponse officielle du pape à l'invitation du maire Coderre.

«Mais ce sera tardif comme réponse. Souvent le Vatican ne le fait savoir que quelques mois avant. Philadelphie est une exception. On le sait depuis un an que le pape François y sera.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer