Transaction entre Remabec et Kruger: le syndicat veut l'heure juste

La scierie de Parent pourrait être vendue à...

Agrandir

La scierie de Parent pourrait être vendue à Remabec.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(La Tuque) «Il n'y a pas de fumée sans feu», voilà ce que soutient le conseiller syndical à la CSD, Denis Giguère, qui s'apprête à demander une rencontre formelle avec les dirigeants de Kruger pour avoir une mise à jour du dossier de la vente de l'usine de Parent, avant l'assemblée générale des employés.

«On s'apprêtait à aller en assemblée générale au mois de février. Il y a des choses qu'on voulait discuter, mais là, si ce n'est plus le même employeur on veut le savoir. On s'apprête à envoyer une lettre à l'employeur pour demander une rencontre officielle avec les dirigeants de Kruger», mentionne M. Giguère.

On sait depuis un moment que le groupe Remabec de La Tuque voudrait mettre la main sur l'usine de Parent. D'ailleurs, le président de l'entreprise, Réjean Paré, a souligné dernièrement au Nouvelliste que le dossier allait bien, mais qu'il restait encore des étapes à franchir. Toutefois, les rumeurs persistent à croire que le groupe Remabec se porterait également acquéreur de d'autres usines dans la région.

Il faut dire que Kruger possède, entre autres, des usines à Saint-Roch-de-Mékinac, Saint-Séverin-de-Proulxville, et Trois-Rivières.

«L'employeur ne nous donne pas d'informations, alors c'est toujours au stade de la rumeur. On sait que ça se discute, qu'il est question de transaction, mais il ne nous en informe pas. On sait qu'il transige entre eux autres (Kruger) et Remabec, mais on n'en sait pas plus», a fait savoir M. Giguère.

«Il n'y a pas de fumée sans feu, alors c'est certain qu'il se passe quelque chose. Ça circule fort. D'une journée à l'autre on devrait avoir plus d'infos, mais on dirait qu'ils veulent faire ça en cachette pour l'instant. On ne sait pas pour quelles raisons», a-t-il ajouté.

La vente de l'usine de Parent serait une excellente nouvelle tant pour les employés que pour le village au complet selon le conseiller syndical.

«On sait que Kruger veut vendre, alors un employeur qui veut se débarrasser de ses usines, il s'en occupe plus ou moins. Habituellement, quand un nouvel acquéreur arrive sur place c'est positif. Il achète l'usine pour la faire rouler et qu'elle devienne rentable, alors on pense que ce serait positif que ce soit Remabec. Peut-être qu'ils auront des demandes de changement, mais ce serait une sécurité de savoir qu'il y a un acquéreur», note Denis Giguère.

Les deux entreprises impliquées, soit Kruger et Remabec, n'ont pas voulu émettre de commentaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer