Dépeuplement tranquille de la Mauricie

Toutes les municipalités régionales de comté de la... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Toutes les municipalités régionales de comté de la région ont essuyé un déclin de leur population, sauf dans la MRC des Chenaux et à Trois-Rivières.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Hormis la MRC des Chenaux, où l'on constate une légère croissance démographique de l'ordre 0,03 % en 2015, et Trois-Rivières (+0,6 %), les autres municipalités régionales de comté (MRC) de la région ont toutes essuyé un déclin de leur population.

Dans la MRC de Mékinac, par exemple, 285 personnes ont déménagé leurs pénates à l'extérieur du territoire, soit une baisse de 2,2 %. Une décote certainement attribuée en parti à la Municipalité de Saint-Roch-de-Mékinac, où 15,1 % de la population a choisi de s'installer ailleurs en 2014. Un reflux démographique jamais atteint en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Si l'on espérait, à Saint-Tite, franchir la barre des 4000 citoyens en 2015, il faudra certes mettre en place des mesures attractives supplémentaires, car la municipalité phare du western en Amérique du Nord a vu sa population chuter de 3,3 %. Idem pour Saint-Adelphe (-4,5 %), Trois-Rives (-4 %), Lac-aux-Sables (-3,7 %), Saint-Séverin (-2 %) et Sainte-Thècle (-1,7 %).

Un sort semblable est réservé à la MRC de Bécancour où l'on note une décroissance démographique de l'ordre de 1,5 %. À elles seules, les municipalités de Parisville (-6,5 %) et Sainte-Françoise (-7 %) participent à juste titre à ce dépeuplement. Autre syndrome du déclassement de la centrale nucléaire Gentilly-2, s'il en est, la population de la Ville de Bécancour a décliné de 1 %, s'établissant à 12 852 citoyens, alors qu'elle avait connu une croissance de 2 % entre 2013 et 2014. En retour, Lemieux (+1,6 %), Sainte-Sophie-de-Lévrard (1,1 %) et Sainte-Cécile-de-Lévrard (+0,3 %) ont vu leur population légèrement augmenter.

Dans la MRC de Nicolet-Yamaska, 168 personnes de moins dynamiseront le territoire en 2015. C'est la Municipalité de Sainte-Perpétue qui accuse la plus forte décrue démographique avec 48 citoyens, soit une dégringolade de 5,2 % par rapport à 2014. En contrepartie, Saint-Léonard-d'Aston a connu en 2014 la poussée la plus significative (+2 %), suivie par Sainte-Monique (1 %), Aston-Jonction (0,9 %), Grand-Saint-Esprit (0,2 %) et Nicolet (0,1 %).

Dans la même pente descendante, le Haut Saint-Maurice a également enregistré une baisse de 0,5 % de sa population. Pôle peu enviable dans ce dépeuplement, La Bostonnais a perdu 49 de ses citoyens (-9,5 %), alors qu'on note une diminution de 1,1 % à Lac-Édouard. Capitale de la Haute-Mauricie, le corps social de La Tuque est demeuré quasiment stable, malgré une légère baisse de 0,1 %, sa population globale s'établissant à 11 059 habitants.

En 2015, la MRC de Maskinongé pourra compter sur 36 691 citoyens, soit 373 personnes de moins qu'en 2014. Saint-Mathieu-du-Parc et Sainte-Angèle-de-Prémont ont toutes les deux vu leur collectivité décroître de 4,4 %, alors que Saint-Sévère accuse une décroissance de l'ordre de 6,9 %.

Enfin, sur une note plus positive, la MRC des Chenaux a connu une légère hausse démographique de l'ordre de 0,03 %. En effet, 5 personnes supplémentaires ont décidé d'y creuser leurs racines en 2015, pour une population de 18 560 personnes, une croissance déjà perceptible en 2013 et en 2014.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer