Une assurance-vie au profit d'organismes communautaires

Luc Pellerin, d'Union Vie, Pierre Lamothe, de la... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Luc Pellerin, d'Union Vie, Pierre Lamothe, de la Fondation communautaire du Saint-Maurice, Steve Leblanc, du Regroupement des organismes des personnes handicapées de la Mauricie, Yves Blanchette, du Regroupement des organismes de base en santé mentale Mauricie-Centre-du-Québec, Tomatiuh Garcia, de la direction générale adjointe à l'action communautaire, et Patrice Larin, de l'Accalmie.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Une cinquantaine d'organismes communautaires de la Mauricie et du Centre-du-Québec viennent de s'associer au gouvernement du Québec et à la mutuelle Union Vie Compagnie d'assurance, dans le cadre d'un projet pilote visant à assurer leur avenir et diversifier leurs sources de financement.

L'annonce a été faite, jeudi, en présence de trois regroupements d'organismes communautaires des secteurs des personnes handicapées et en santé mentale, la Fondation communautaire du Saint-Maurice et le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale, qui participent tous à ce projet pilote.

L'idée est simple; on veut inciter le grand public à contracter une assurance-vie dont le bénéficiaire est un organisme communautaire. La prime est unique et très accessible grâce à une contribution du ministère de l'Emploi et de la sécurité sociale qui en assume la moitié et à laquelle s'ajoute un crédit d'impôt pour la somme versée par le donateur lui-même. À titre d'exemple, une personne âgée de 32 ans, qui achète une assurance de 1000 $ à prime unique de 360 $, ne paierait que 180 $ pour sa prime tout en recevant un crédit d'impôt de 58,50 $ pour un don réel de 121,50 $. À son décès, l'organisme recevra 1000 $

En transformant un don par l'achat d'un contrat d'assurance-vie dont le bénéficiaire serait l'un des organismes communautaires, des individus pourront multiplier la valeur de leur don de manière substantielle, a-t-on expliqué. C'est ce qu'on appelle l'effet levier. On espère à la fin du projet de démonstration, soit d'ici le mois de mars, amasser environ 450 000 $.

Steve Leblanc, du Regroupement des organismes de personnes handicapées de la Mauricie, souligne qu'il est tout aussi important pour les organismes communautaires de pouvoir répondre adéquatement aux besoins de demain qu'à ceux d'aujourd'hui.

«Afin de répondre à cette volonté, chaque organisme capitalisera au sein de son fonds de dotation, créé à la Fondation communautaire du Saint-Maurice, les revenus provenant de l'encaissement des polices d'assurance-vie. Les revenus de placement générés annuellement et transférés aux organismes assureront ainsi la pérennité de l'impact des dons», a-t-il expliqué.

À la suite du succès attendu de ce projet de démonstration, les partenaires du projet espèrent que ce nouveau levier de financement devienne accessible à l'ensemble des organismes communautaires du Québec. Plus précisément, les leaders du secteur communautaire et les quelque 500 donateurs à cette campagne innovatrice souhaitent que le Conseil du Trésor du Québec fasse de ce jumelage un programme permanent dans le même esprit que celui de Mécénat Placement culture Québec.

Les personnes intéressées à soutenir un organisme communautaire par le biais d'une assurance-vie peuvent contacter la Fondation communautaire du Saint-Maurice (819 376-1000).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer