Projet pilote pour encourager la philanthropie

Luc Pellerin, actuaire à Union Vie, Pierre Lamothe,... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Luc Pellerin, actuaire à Union Vie, Pierre Lamothe, président du ca de la Fondation communautaire du St-Maurice, Steve Leblanc, directeur du Regroupement des organismes des personnes handicapées de la Mauricie, Yves Blanchette, du Regroupement des organismes de base en santé mentale Mauricie Centre-du-Québec, Tomatiuh Garcia, conseiller en action communautaire de la direction générale adjointe à l'action communautaire et Patrice Larin, directeur général de l'Accalmie.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

Une cinquantaine d'organismes communautaires de la Mauricie et du Centre-du-Québec viennent de s'associer au gouvernement du Québec et à la mutuelle Union Vie Compagnie d'assurance, dans le cadre d'un projet pilote visant à assure leur avenir et diversifier leurs sources de financement.

L'annonce a été faite, jeudi, en présence de trois regroupements d'organismes communautaires des secteurs des personnes handicapées et en santé mentale, la Fondation communautaires du Saint-Maurice et le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale, qui participent tous à ce projet pilote.

L'idée est simple; on veut inciter le grand public à contracter une assurance vie dont le bénéficiaire est un organisme communautaire. La prime est unique et très accessible grâce à une contribution du ministère de l'Emploi et de la sécurité sociale qui en assume la moitié et à laquelle s'ajoute un crédit d'impôt pour la somme versée par le donateur lui-même.  À titre d'exemple, une personne âgée de 32 ans, qui achète une assurance de 1000 $ à prime unique de 360 $, ne paierait que 180 $ pour sa prime tout en recevant un crédit d'impôt  de 58.50 $ pour un don réel de 121.50 $.  À son décès, l'organisme recevra 1000 $

En transformant un don par l'achat d'un contrat d'assurance-vie dont le bénéficiaire serait l'un des organismes communautaires, des individus pourront multiplier la valeur de leur don de manière substantielle,  a-t-on expliqué. C'est ce qu'on appelle l'effet levier. On espère à la fin du projet de démonstration, soit d'ici le mois de mars, amasser environ 450 000 $.

Tous les détails dans Le Nouvelliste de vendredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer