• Le Nouvelliste > 
  • Actualités 
  • > La Table de concertation du mouvement des femmes pourrait perdre les deux tiers de son budget 

La Table de concertation du mouvement des femmes pourrait perdre les deux tiers de son budget

Joanne Blais, coordonnatrice de la Table de concertation... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Joanne Blais, coordonnatrice de la Table de concertation des femmes de la Mauricie, un organisme qui goûte aussi aux mesures d'austérité.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Si le pire des scénarios se concrétise, la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie perdra environ deux tiers de son budget de fonctionnement, plombant ainsi deux de ses plus importants dossiers, soit l'égalité des femmes et la santé.

Une des autres conséquences est que l'organisme de défense des droits des femmes pourrait se retrouver avec 1,5 employée au lieu des trois qu'il compte actuellement. Pour Joanne Blais, coordonnatrice de l'organisme, tout cela prend des airs d'un retour à la case départ.«Depuis que nous existons, nous fonctionnons avec ce qu'on appelle un financement à la mission qui provient du Secrétariat à l'action communautaire autonome et aux initiatives sociales d'Emploi et Sécurité sociale, soit 57 855 $ par année. Depuis 2006-2007 qu'existe une Politique en matière d'égalité, avec un plan d'action assorti d'un budget, on avait pu améliorer le financement de notre organisation et obtenir des projets qui fonctionnaient sur une base de trois ou quatre ans, ce qui nous permettait de développer et de consolider des postes.»

L'une de ces agentes de projets travaillait sur le dossier Mauriciennes d'influence à temps plein tandis qu'une autre se consacrait à l'accès des femmes au pouvoir mais aussi aux dossiers santé et sensibilisation des instances de décision.

«Avec les mesures d'austérité annoncées, le Secrétariat à la condition féminine, qui est notre autre porte d'entrée au gouvernement et d'où provenait la majeure partie du financement de nos projets, soit entre 250 000 $ et 300 000 $ par année depuis 2008, ne sait pas si son budget sera reconduit, explique Mme Blais. Ce qui est à peu près certain, c'est que s'il est reconduit, ce sera avec des coupures. Déjà, on sait que le programme ''À égalité pour décider'' qui existe depuis 15 ans, et qui a été mis sur pied pour amener plus de femmes à siéger aux instances de décision que sont les conseils d'administration et à faire de la politique, et dont on recevait du financement (30 000 à 40 000 $ par année), a fait l'objet d'un appel de projets sur un an seulement au lieu de trois ans habituels, pour arriver à échéance le 31 mars 2015, comme tout le reste.»

Or, Mme Blais a aussi appris que ce programme a été coupé de moitié (il passe d'un million $ à 500 000 $) et que cette année, la Table de la Mauricie n'aura pas de financement pour son projet À égalité pour décider parce que le Secrétariat ne veut pas simplement éparpiller les fonds. «Alors, déjà, on avait perdu ce financement pour la dernière année», observe-t-elle.

Elle reste optimiste malgré tout car, comme la politique en matière d'égalité ne vient à échéance qu'en 2017, on s'attend à ce que le plan d'action soit prolongé d'un an ou deux... avec des coupures.

«Il faut voir pour le reste, car nous recevions du financement qui passait par la Conférence régionale des élus de La Mauricie, via des ententes spécifiques régionales. Comme les CRÉ n'existeront plus, est-ce réaliste de penser que l'enveloppe de 50 000 $ sera divisée par six territoires pour faire des actions en condition féminine alors qu'elle sera gérée par des élus municipaux...? se demande Mme Blais sans oser répondre à la question (les femmes n'occupent que 31 % des sièges d'élus). Il nous faut maintenant réfléchir à des approches différentes pour ne pas perdre les acquis.»

Partager

À lire aussi

  • Les organismes communautaires ébranlés<strong></strong>

    Actualités

    Les organismes communautaires ébranlés

    Après avoir milité avec acharnement pendant des années pour le rehaussement de leur financement de base en provenance du Programme de soutien aux... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer