Décès de l'économiste et militant Brian Barton

Brian Barton (1925-2015) a été de toutes les... (Photo : Stéphane Lessard)

Agrandir

Brian Barton (1925-2015) a été de toutes les causes du Comité de solidarité Trois-Rivières.

Photo : Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La société civile de Trois-Rivières est plongée dans le deuil à la suite du décès, le 15 janvier, de Brian Barton, ardent défenseur des droits sociaux et cicérone dans la marche solidaire entre les peuples.

Membre fondateur et mentor du Comité de solidarité Trois-Rivières (CSTR), M. Barton a cumulé tout au long de sa vie une multitude d'implications citoyennes non seulement dans la région, mais également un peu partout à travers le monde.

«J'espère qu'on retiendra de lui ses convictions, son engagement et son désir de justice sociale», souligne non sans émotion Jocelyne Chagnon, sa conjointe des 32 dernières années avec qui il s'était marié le 22 décembre 2014.

Né le 17 janvier 1925 dans le bourg d'Altrincham dans le nord de l'Angleterre, M. Barton est débarqué en Mauricie en 1971 avec en poche une kyrielle de diplômes universitaires, ainsi qu'un florilège d'expériences acquises au sein d'organisations syndicales. Il a, entre autres, représenté la Fédération syndicale mondiale au siège de l'Organisation des Nations unies à New York.

De 1971 à 1996, il occupe un poste de professeur d'économie à l'Université du Québec à Trois-Rivières, cumulant les tâches inhérentes à la direction du Module économique. Homme attentif aux enjeux régionaux, M. Barton a siégé au poste de président du comité de reclassement des travailleurs de la Wabasso dans les années 1980, en plus d'administrer la Gazette de la Mauricie, de promouvoir le sport amateur et de cofonder le CSTR duquel il a présidé les destinées pendant plus de 35 ans aux côtés de l'actuel président Jean-Claude Landry.

«C'est un homme exceptionnel», affirme sans détour M. Landry en ajoutant que le CSTR allait sous peu honorer sa mémoire «d'une façon ou d'une autre». «Il avait une approche du militantisme très humaniste. Il défendait ses idées, mais toujours avec une attitude très respectueuse.»

Nombreux sont les dossiers internationaux sur lesquels M. Barton a porté son dévolu. De la lutte contre l'apartheid en Afrique du Sud à sa participation active dans la planification, à l'âge de 86 ans, de la Flottille de la liberté II qui devait forcer le blocus israélien de la bande de Gaza, en passant par son engagement au sein de l'Organisation internationale du travail à Genève et aux Commissions économiques de l'ONU pour l'Europe, pour l'Afrique, l'Asie et l'Extrême-Orient.

Récipiendaire de l'Ordre de La Vérendrye en 2004, la plus haute distinction honorifique octroyée par la Ville de Trois-Rivières, M. Barton a travaillé sang et eau pour la promotion et l'actualisation de la solidarité internationale dans un monde libéré du militarisme.

Une cérémonie funéraire aura lieu le 23 janvier de 19 h à 23 h, ainsi que le 24 janvier de 13 h à 17 h, au Centre funéraire Châteaudun situé au 971, boulevard Thibeau à Trois-Rivières.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer