Centre culturel musulman à Shawinigan: «Les gens sont ouverts»

Ce bâtiment situé à l'intersection du boulevard Industriel... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Ce bâtiment situé à l'intersection du boulevard Industriel et de la rue Jean-Duchesne pourrait accueillir le premier centre culturel musulman de Shawinigan en 2015.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Les responsables du Centre culturel musulman de Shawinigan ne craignent pas que les dernières attaques terroristes au Canada, en France et maintenant en Belgique braquent la population contre leur projet, en voie de se réaliser dans le parc industriel Albert-Landry.

Le centre culturel musulman de Shawinigan devait intégrer... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le centre culturel musulman de Shawinigan devait intégrer le sous-sol de cet immeuble de l'avenue Tamarac, mais l'organisation a finalement décidé de se trouver un autre emplacement.  

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

«Jusqu'à preuve du contraire, je me dis qu'à Shawinigan, les gens sont ouverts», mentionne Abdoulaye Souley, membre du conseil d'administration de l'organisation religieuse immatriculée au registraire des entreprises depuis novembre 2013.

«Bien sûr, il y a des amalgames», enchaîne-t-il. «L'histoire de Charlie Hebdo n'aide pas. Des gens peuvent penser qu'on fait exprès pour faire notre demande dans la même période, mais ce n'est pas le cas. Le processus est enclenché depuis un an.»

En effet, les premiers balbutiements de ce projet remontent à juin dernier. À ce moment, le Centre culturel musulman de Shawinigan avait adressé une demande au conseil municipal pour permettre les activités religieuses dans un immeuble situé à l'intersection de l'avenue Tamarac et de la 3e Rue, au centre-ville. 

Le processus de modification de zonage a suivi son cours sans contestation et le nouveau règlement est entré en vigueur en septembre. Mais à l'automne, la propriétaire de l'immeuble a été avisée, à sa grande surprise, que ce projet de centre culturel musulman était abandonné à cet endroit.

«Ils voulaient des modifications pour prier au sous-sol», explique Marie-Josée Villeneuve. «Ils voulaient une cuisine, des salles de bains séparées. Il y avait beaucoup de rénovations à faire. Ils étaient très emballés, mais finalement, ça a tombé à l'eau assez rapidement quand ils sont venus visiter. Je n'ai plus eu d'appels par la suite. J'ai l'impression qu'ils s'attendaient à ce que le local soit plus prêt à être utilisé.»

M. Souley confirme qu'après vérification, les administrateurs ont décidé de chercher un autre endroit.

«Nous avions engagé un architecte, qui nous a mentionné que le bâtiment n'était pas idéal, en raison de son âge et de la circulation d'air au sous-sol», explique-t-il. 

En assemblée spéciale le 24 novembre, le conseil municipal adoptait un premier projet de règlement pour une modification de zonage afin de permettre des activités religieuses au 250 boulevard Industriel, secteur Shawinigan-Sud. Il s'agit d'un immeuble inoccupé appartenant à l'homme d'affaires Sammy Genest.

Une assemblée publique de consultation pour cette nouvelle demande de modification de zonage se déroulait lundi, mais personne ne s'y est présenté, sauf les requérants.

«Nous aurions aimé qu'il y ait du monde pour poser des questions», confie M. Souley. «On sait que dès qu'on lit le mot ''musulman'', ça crée des vagues. Nous demeurons accessibles; on pense même organiser des journées portes ouvertes pour montrer aux gens qu'on n'est pas des étrangers. On vit ici depuis des années. Nous ne faisons pas de cachette.»

M. Souley souhaite que ce centre culturel ait une vocation plus large que celle d'une mosquée réservée au recueillement.

«On pourra y apprendre la culture musulmane; les gens pourront venir se renseigner», indique-t-il. «On pourra aussi organiser des rencontres. On ne veut pas que ce soit juste un lieu de prière.»

Le 21 janvier, la Ville publiera un avis public pour une demande d'approbation référendaire. En plus du secteur visé par ce projet, sept autres zones contigües sont concernées, à savoir quatre industrielles, une agricole et deux d'habitations. 

Si le projet est accepté par la population concernée, le conseil municipal adoptera son

règlement le 10 février et son entrée en vigueur est prévue le 21 mars.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer