L'aventure d'une vie pour Frédéric Dion

Frédéric Dion... (Photo: Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Frédéric Dion

Photo: Robert Skinner, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Aventurier d'expérience et aguerri, Frédéric Dion vient de compléter ce qu'il estime être son plus grand défi jamais réalisé. Il a été confronté à des épreuves d'envergure dans un des environnements les plus hostiles de la planète.

Depuis qu'il a quitté la base russe de Novolazarevskaya le 10 novembre, l'aventurier de Notre-Dame-du-Mont-Carmel a atteint le pôle sud d'inaccessibilité en solitaire, soit le centre de l'Antarctique, avant de poursuivre son périple vers le pôle sud géographique et Hercules Inlet, devenant le premier explorateur à atteindre les deux pôles en solitaire ainsi qu'à traverser l'Antarctique par son centre. «C'est l'aventure que j'ai faite où il y a eu le plus d'engagement physique et psychologique. Il n'y a aucun doute», précise-t-il.

«L'horizon infini nous ramène à nous-mêmes. L'Antarctique est un univers extrêmement pur. Il n'y a même pas une poussière. Ça m'a forcé à aller à l'intérieur de moi-même, ce qui m'a fait vivre de beaux moments et des moments très difficiles. Je me suis même demandé si les gens que j'aime allaient être encore là lorsque j'allais revenir. C'est un chemin difficile, mais qui peut apporter beaucoup. La solitude est un jardin secret que je cultive à travers mes voyages.»

Les immenses paysages de l'Antarctique habiteront encore longtemps les souvenirs de Frédéric Dion. Parmi les plus belles images qui le marqueront à jamais, il y a certainement la glace bleue du glacier qui se jette dans des crevasses à Hercules Inlet indiquant la fin du continent. «Je voyais pour la première fois la fin de l'Antarctique, après 24 heures de ski sans arrêt.»

Totalement seul au monde lors de son périple, Frédéric Dion a été confronté à toutes sortes de pensées, des bonnes comme les mauvaises. Lorsque son traîneau - le premier utilisé avant de prendre celui entreposé à un dépôt de carburant par un explorateur belge - s'est fissuré sous les forces des impacts répétés avec le sol alors que le mercure se rapprochait de -50 degrés Celsius avant de littéralement exploser quelques jours plus tard, l'aventurier a cru un instant que son périple était terminé.

«J'ai vraiment douté à ce moment-là. Je croyais que je n'allais pas y arriver», souligne l'aventurier qui tient grandement à remercier Dixie Dansercoer de lui avoir offert son traîneau, sans lequel il n'aurait pu compléter ses exploits.

Quelques jours plus tard, la corde qui le reliait à son nouveau traîneau s'est brisée lorsqu'une bourrasque l'a entraîné dans les airs et amené près de 300 mètres plus loin. Pendant de longues minutes, Frédéric Dion ne retrouvait pas dans l'immensité blanche son traîneau et tout le matériel qu'il contenait. L'aventurier avoue qu'il a bien cru, un instant, que sa vie allait se terminer coincé sur le continent de glace loin de ses proches.

L'ambassadeur de Scouts du Canada prépare maintenant une conférence sur son voyage en Antarctique qu'il doit présenter dans quelques villes québécoises. Il estime que les nombreux obstacles qu'il a dû surmonter vont nourrir cette conférence.

«J'ai préparé l'aventure, j'aime la vivre. Mais j'aime encore mieux en parler. Et dans ce cas précis, j'ai vécu des situations extrêmes et extraordinaires qui seront un délice à raconter», souligne l'aventurier.

La série de conférences présentée par le magazine Espaces aura lieu dans cinq villes du Québec. Après des présentations à Montréal (13 février) et à Laval (17 février), Frédéric Dion sera le 25 février à la salle J.-Antonio-Thompson à Trois-Rivières pour le retour à la maison de l'aventurier. Par la suite, il donnera des conférences à Québec puis à Sherbrooke, le 27 février et le 5 mars. Les billets sont en vente au www.antarctiquesolo.com.

«En conférence, je vais montrer des images d'endroits où personne n'est jamais allé», note Frédéric Dion avec des étoiles dans les yeux. «J'espère aussi que les gens vont s'inspirer pour leur propre projet.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer