Vague de froid: le pire est à venir

Les automobilistes sont parmi les plus touchés par... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Les automobilistes sont parmi les plus touchés par les températures froides. Le CAA-Québec a dû répondre à plus de 8000 demandes d'assistance mardi.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Il suffit de mettre le nez dehors pour saisir tout le mordant des températures froides qui touchent la province et pour constater les nombreux désagréments que cela engendre. Les Québécois devront toutefois prendre leur mal en patience. Environnement Canada prévoit des températures très froides encore pour les cinq prochains jours.

«Les températures vont demeurer de froides à très froides jusqu'à dimanche», a noté mardi André Cantin, météorologue chez Environnement Canada.

Si le mercure devrait indiquer mercredi matin des températures se rapprochant des -15 degrés Celsius et que le sol doit être recouvert d'une fine couche de neige poudreuse, les températures devraient redescendre dans la journée pour se situer autour de -20 degrés Celsius et de -27 degrés la nuit de mercredi à jeudi.

En raison des vents du nord-ouest de 30 km/h avec des rafales de 50 km/h en mi-journée le refroidissement éolien pourrait engendrer mercredi des températures ressenties allant de -31 degrés Celsius le jour à -36 mercredi soir et la nuit de mercredi à jeudi.

«Jeudi sera la journée la plus froide de la semaine. Les températures devraient être autour de -25 à -30 degrés Celsius jeudi matin avant de monter vers les -20 degrés au cours de la journée», a souligné André Cantin qui n'hésite pas à qualifier ces températures de «glaciales».

Malgré le froid intense du début de ce mois de janvier dont les températures se situent largement sous les moyennes de saison, les maximums sont en moyenne de -7 alors que les minimums sont de -18 degrés Celsius à cette période de l'année, Environnement Canada n'enregistre pas des froids records. «Nous sommes en bas des normales, mais nous n'enregistrons pas encore de températures records», a précisé M. Cantin.

Les automobilistes sont parmi les plus touchés par les températures froides que connaît la province. Le CAA-Québec a dû répondre à plus de 8000 demandes d'assistance mardi, soit près de 1200 de plus que lundi. Dans la région, plus de 325 interventions avaient été réalisées mardi en fin de journée.

«Près de 70 % des interventions que nous devons faire sont des survoltages», a souligné Catherine Major, conseillère aux communications chez CAA-Québec. «Nous connaissons présentement les journées les plus occupées de l'année. Une journée d'hiver normale pour nous représente environ 2400 appels pour tout le Québec.»

Les Commissions scolaires de l'Énergie et du Chemin-du-Roy se disent préoccupées par cette vague de froid. De retour en classe hier après le congé des Fêtes, les élèves de plusieurs écoles de la région ont été invités à entrer à l'intérieur dès leur arrivée le matin. Les récréations ont aussi eu lieu dans les écoles. «Cette décision revient par contre aux directions d'écoles», a précisé Renée Jobin, la responsable aux communications à la Commission scolaire de l'Énergie.

La directrice générale adjointe, services administratifs et directrice du service du transports de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, Danielle Lemieux, indique également que la décision de faire entrer ou non les élèves plus tôt revient au directions d'établissements, car chaque cas est différent. «Des écoles sont exposées au vent davantage que d'autres alors que certaines sont au soleil et d'autres ne le sont pas», a-t-elle souligné.

Par ailleurs, les deux commissions scolaires ne rapportent pas de problèmes particuliers avec le transport scolaire, malgré que la situation soit observée de près par ces institutions. «Les chauffeurs et les brigadiers sont habitués au froid. Nous sommes au Québec après tout», a ajouté Mme Lemieux.

À l'exception d'un bris d'une conduite d'eau potable survenu lundi soir dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, la Ville de Trois-Rivières ne rapporte aucun problème particulier relié au froid. «Ce que nous redoutons avec ces froids, ce sont justement les bris de conduites d'eau. Nous nous croisons les doigts, car nous n'avons dû intervenir qu'une seule fois», a avoué le porte-parole à la Ville de Trois-Rivières, Yvan Toutant.

Malgré le froid mordant, les travaux de démolition de l'église Saint-Philippe peuvent se poursuivre. Les travailleurs s'affairent ces jours-ci à retirer l'amiante à l'intérieur du bâtiment. Pendant ces opérations, des appareils de chauffage d'appoint ont été installés. Si tout va bien, le bâtiment sera entièrement démoli en février, rappelle la Ville.

Cette vague de froid favorise bien évidemment la formation de glace sur le fleuve Saint-Laurent. Les brise-glaces de la Garde côtière sont d'ailleurs au travail pour dégager la voie navigable. Le brise-glace Pierre Radisson était toutefois affecté mardi à la surveillance du site du naufrage du Chaulk Determination, ce remorqueur qui a sombré au port de Trois-Rivières alors qu'il était à quai pour l'hiver.

La Garde côtière canadienne poursuit de plus les discussions avec le Groupe Océan pour l'élaboration du plan de renflouement du navire. Cette procédure devrait être déterminée prochainement.

D'ici là, la Garde côtière laisse la glace se former autour du navire afin de contenir les hydrocarbures qui s'échappent toujours du remorqueur. Cette glace sera par la suite récupérée pour être disposée adéquatement.

«On ne peut pas dire qu'il n'y a plus de fuites d'hydrocarbures, mais elles sont très mineures», a noté Michel Plamondon, porte-parole à la Garde côtière. «Nous avons survolé le fleuve aujourd'hui [mardi] en hélicoptère et nous n'avons pas vu de traces d'hydrocarbures.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer