Trois carcasses de renards écorchés sèment l'émoi

Le piégeage du renard est autorisé présentement. Toutefois, de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le piégeage du renard est autorisé présentement. Toutefois, de véritables trappeurs reçoivent une formation obligatoire qui comporte non seulement des notions sur la mise à mort sans cruauté, mais aussi sur la manière de disposer des carcasses.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La découverte de trois carcasses, samedi, de ce qui semblait d'abord être des chiens écorchés vifs a semé l'émoi à la SPA de la Mauricie.

Les corps en question ont été analysés lundi après-midi par la Société protectrice des animaux qui a déterminé qu'il s'agissait plutôt de trois renards dont quelqu'un avait prélevé la fourrure.

C'est une résidente de Lac-à-la-Tortue qui a fait la macabre découverte, le samedi 3 janvier et qui en a avisé les policiers de la Sûreté du Québec.

La SQ a eu recours à la SPAM pour identifier l'espèce et déterminer la cause de leur mort. Ce n'est que lundi après-midi, au retour des vacances, que la vétérinaire de la SPAM a pu élucider le mystère.

Les trois renards auraient succombé à des pièges car ils portaient des traces de strangulation. Les carcasses ont été abandonnées en tas sur une propriété, dans un secteur où il y a de la circulation, indique le directeur général de la SPAM, Serge Marquis. L'autopsie révèle que l'un de trois renards aurait eu le temps de souffrir car le piège ne l'a pas tué sur le coup.

À la fin du mois de décembre, un cas similaire est survenu en Estrie alors que des carcasses de coyotes avaient été abandonnés en tas sur une propriété. Quelqu'un leur avait enlevé la peau.

La porte-parole de la Sûreté du Québec, la sergente Aurélie Guindon, indique qu'actuellement, la chasse aux coyotes est permise. En pareil cas, «techniquement, il n'y a pas d'infraction à la loi sur la faune. Les gens chassent le coyote pour ça», explique-t-elle.

Le piégeage du renard est aussi autorisé présentement, indique le directeur général de la Fédération des trappeurs gestionnaires du Québec, Philippe Tambourgi.

Ce dernier estime que cette affaire ne ressemble toutefois pas du tout à l'oeuvre de véritables trappeurs puisque ces derniers reçoivent une formation obligatoire qui comporte non seulement des notions sur la mise à mort sans cruauté, mais aussi sur la manière de disposer des carcasses.

Selon M. Tambourgi, les trappeurs ne laissent pas les cadavres des animaux en tas dans des endroits passants. Les bêtes capturées sont retournées à la forêt à plusieurs endroits différents afin que leur carcasse puissent nourrir d'autres espèces d'animaux et éviter ainsi le gaspillage des ressources.

Quant aux pièges utilisés par les trappeurs, «ils sont certifiés sans cruauté», assure-t-il et les trappeurs disposent de techniques de «frappe optimale.»

Or, il semble que tous ceux qui font de la trappe n'ont pas la formation et la conscience des membres de la FTGQ. M. Tambourgi constate en effet qu'il y a parfois des personnes qui veulent se débarrasser elles mêmes de certains animaux qu'elles jugent nuisibles et s'y prennent mal. Il vaudrait mieux, en pareil cas, avoir recours à des trappeurs formés pour éviter la souffrance.

Le fait qu'il s'agisse de renards et non de chiens, «va clore le dossier», indique pour sa part la sergente Guindon, puisque la chasse est permise actuellement.

La seule infraction dans cette affaire, estime-t-elle, serait d'avoir abandonné les carcasses sur la place publique.

Le directeur de la SPAM était visiblement ébranlé de voir les photos prises lors de la découverte des animaux écorchés. Serge Marquis espère de tout coeur que la SPAM n'aura plus à être confrontée à de pareils cas.

En Chine, dit-il, on écorche des animaux vivants pour récolter leurs peaux. Cette pratique horrible, rappelle Serge Marquis, a été mise au jour sur les médias sociaux par un organisme international. Il a cru, lundi, qu'une telle horreur se soit produite en Mauricie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer