La Tuque: invasion de punaises de lit à la Villa Soleil

Les punaises de lit mesurent entre 4 et...

Agrandir

Les punaises de lit mesurent entre 4 et 7 millimètres et pondent jusqu'à 5 oeufs par jour. Elles peuvent s'introduire partout et ne sont donc pas un indice de malpropreté.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(La Tuque) Depuis le printemps dernier, des punaises de lit font la pluie et le beau temps à la résidence pour personnes retraitées Villa Soleil, située sur la rue Saint-Antoine à La Tuque. Trimballées par étourderie par une résidente dont le mobilier était infesté, les petites bestioles brunâtres et tenaces, particulièrement actives la nuit, causent bien des maux de tête à l'administration et aux pensionnaires affectés qui ont dû, pour certains, remplacer leur ameublement à leurs frais.

«Les punaises nous sont venues de Shawinigan par une dame âgée qui avait été évincée de son logement justement à cause des punaises, mais qui ne nous l'avait pas mentionné. Ce n'est vraiment pas drôle», se désole Danielle Mador, directrice de la Villa Soleil. Le personnel de la résidence s'est aussitôt mis en action, avec le concours de la Santé publique, de l'Agence de la santé et des services sociaux (ASSS) de la Mauricie et du Centre-du-Québec, du Centre de santé et de services sociaux du Haut Saint-Maurice, ainsi que deux entreprises locales d'extermination. Huit mois n'auront pas suffi à venir à bout de l'envahisseur.

Une douzaine de chambres sur les quarante-quatre que compte l'immeuble locatif ont été attaquées par cet insecte qui peut survivre des semaines sans être nourri et se déplace d'une pièce à l'autre en empruntant les plaques murales électriques. Certains matelas ont dû être jetés, ainsi que les meubles en composite de mélamine qui s'y trouvaient. En effet, la punaise a la fâcheuse habitude de s'incruster à loisir dans les ourlets des articles de literie, oreillers, coussins, divans, tapis, rideaux et autres tissus, ainsi que dans le bois mou afin d'y pondre ses oeufs blanchâtres (entre 3 et 5 par jour) de la grosseur d'une tête d'épingle. 

«Malheureusement, c'est à leurs frais que les résidents ont dû changer leur mobilier. Ce n'est pas la responsabilité du propriétaire, ni celle du locataire. On n'a pas été en mesure de prouver que la dame de Shawinigan était responsable. Elle est restée chez nous une semaine et demie et elle est partie. C'est un beau cadeau qu'elle nous a laissé», admet Mme Mador qui avoue avoir eu son lot de vermines en 2014.

Pour le propriétaire de la résidence, le problème est d'ores et déjà résolu. «C'est terminé, y'en a plus», tranche Jean-Guy Pronovost avant de raccrocher promptement le combiné du téléphone.

Un avis qui n'est pas partagé par l'ASSS. Selon les normes établies, quatre semaines sans nouveau cas déclaré doivent s'écouler avant de sonner officiellement le glas des hostilités. À la résidence Villa Soleil, aucune bestiole n'est sortie de l'ombre depuis trois semaines. On se croise les doigts. L'Agence veille au grain.

«Le problème n'est pas encore tout à fait réglé, il devrait l'être prochainement. Il y a un suivi qui se fait régulièrement», précise Christine Douville de l'ASSS. «Nous soutenons le propriétaire pour s'assurer qu'il mette en place des mesures destinées à enrayer les punaises de lit», renchérit-elle, tout en signalant que dans l'éventualité où une négligence ouverte serait constatée, la Direction des services sociaux a le pouvoir de résilier la certification d'une résidence pour retraités.

Pour éviter une nouvelle désinsectisation de ses installations, la Villa Soleil a remonté son niveau d'alerte et a instauré des mesures de prévention qui, espère-t-elle, réduiront les risques d'une infestation future. «Maintenant, quand des résidents veulent s'installer chez nous, on envoie l'exterminateur chez eux pour vérifier s'ils n'ont pas de punaise de lit. Mieux vaut prévenir que guérir», estime Mme Mador. Qui plus est, le personnel de la résidence porte une attention particulière lors de la vérification quotidienne des chambres. «On maintient la surveillance», insiste Mme Mador.

Les punaises de lit sont des insectes piqueurs très voraces qui se nourrissent du sang de leur hôte pendant leur sommeil. Si elles ne sont pas exterminées, elles se propagent rapidement jusqu'à devenir une véritable nuisance. Une infestation de punaises de lit peut avoir des conséquences très importantes sur la santé et sur la qualité de vie des personnes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer