Neuf enfants autour de la table

Avec l'arrivée de la petite Lili et du... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Avec l'arrivée de la petite Lili et du jeune Manuel, la famille Joseph-Lapierre compte maintenant neuf enfants.

Photo: Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'étoile de Bethléem aura finalement guidé à point nommé la petite Lili, trois ans, et le jeune Manuel, 12 ans, jusqu'à la table de leur nouveau foyer familial juste à temps pour le réveillon de Noël. De fait, la famille de Julie Joseph et de Joël Lapierre, qui comptait déjà dans ses rangs une horde de sept enfants, s'est agrandie et a reçu à bras ouverts les deux orphelins d'origine ukrainienne le 25 décembre.

«Ce que nous vivons est merveilleux», écrit d'emblée la mère sur les réseaux sociaux.

Ce n'est pas d'aujourd'hui que les Joseph-Lapierre défraient la manchette. À l'été 2014, les jeunes parents exprimaient publiquement leur désir d'adopter cinq enfants en provenance d'Europe de l'Est. En bout de ligne, Lili et Manuel auront été les heureux élus. Quoique frère et soeur, les deux enfants ne se connaissaient ni d'Ève ni d'Adam avant de s'établir dans leur chaumière trifluvienne. C'est donc doublement bénis qu'ils ont posé le pied dans la cité de Laviolette, d'abord comblés de marcher désormais main dans la main, puis aux anges d'avoir trouvé une famille où ils pourront s'épanouir.

«C'était important pour nous de réunir la fratrie, même si Lili et Manuel n'ont jamais vécu ensemble. Lili était dans un orphelinat spécialisé pour enfants en bas âge, alors que Manuel fréquentait l'école dans un internat. Ils ne se connaissaient donc pas. Ça nous fait plaisir de pouvoir les réunir et de les voir grandir dans leur relation», signale le père, Joël Lapierre.

Certes, l'acclimatation des jeunes migrants ne se fait pas sans défis. Malgré «les hauts et les bas à venir», il semble que les premiers jours passés au pays de l'or blanc soient gages d'un avenir prometteur. «À peine arrivée, la petite Lili brise déjà des coeurs, les enfants ne voulant pas se la partager tant ils sont contents de l'accueillir parmi eux», se réjouit M. Lapierre. «Le contact se fait naturellement. Les enfants, ça s'ajustent vite. Même la barrière de la langue ne les arrête pas.»

«Le premier défi c'est de donner beaucoup de temps et d'amour aux nouveaux venus qui sont carencés, sans toutefois négliger nos autres enfants», enchaîne M. Lapierre. «Depuis quelques semaines, nos enfants nous voient moins souvent considérant les nombreuses étapes à franchir pour l'adoption. Eux aussi ont besoin d'être remplis d'amour. Il faut donc chercher l'équilibre, car tout le monde tire sur la couverte de son bord. Le défi de l'équilibre, c'est le plus exigeant.»

Durant les prochains mois, les Joseph-Lapierre mettront donc les bouchées doubles pour développer un lien d'attachement fort et ainsi renforcer le sentiment de sécurité chez leurs enfants. «Pour les deux qui viennent d'arriver, tout est inconnu. Il faut donc les rassurer, les caresser, leur expliquer. Il faut de la patience, car ce n'est pas toujours évident. Nous sommes des parents, nous sommes juste humains, donc toujours en mode apprentissage, même après sept enfants. Il n'y a pas de manuel. Pour nous, le meilleur manuel c'est la Bible, mais malgré la Bible, sur le terrain, il faut constamment s'adapter.»

Chez les Joseph-Lapierre, la foi est la cheville ouvrière de leurs actions. C'est dans la jarre de leurs convictions religieuses qu'ils puisent la force nécessaire pour déplacer quotidiennement des montagnes, mais également les valeurs qu'ils transmettent aux neuf enfants placés sous leurs ailes. Ainsi, nonobstant les débours inhérents à l'adoption d'enfants à l'international, les Joseph-Lapierre misent davantage sur le bien qu'ils apportent que sur les biens qu'ils pourraient autrement se payer monnaie sonnante.

«On préfère étirer notre hypothèque et être plus riches de deux enfants. Il faut faire des choix dans la vie. Pour nous, la richesse familiale est une priorité. Pour nous, la foi chrétienne est à la base de l'amour que nous avons reçu, à la base du débordement d'amour que nous avons à offrir et des sacrifices que nous faisons pour nos enfants. Cette foi dans la naissance du Christ, c'est la base qui nourrit notre famille d'amour, même si cette base n'est pas très populaire dans la société. On espère qu'à travers notre exemple, on sera contagieux et qu'on incitera les gens à se poser des questions, par exemple: Pourquoi on n'adopterait pas nous aussi un enfant?»

L'instabilité ukrainienne

La situation politique explosive qui sévit actuellement en Ukraine a parsemé le processus d'adoption. Les Joseph-Lapierre ont passé plus de quarante jours dans cet ancien satellite russe plongé depuis huit mois dans une guerre civile aux effluves de guerre froide et qui a causé la mort de 4300 personnes.

«Le climat politique en Ukraine a été omniprésent», reconnaît M. Lapierre. «À Odessa, alors que nous remplissions de la paperasse, nous devions essuyer constamment des pannes de courant, ce qui a ralenti le processus. La guerre est omniprésente, mais jamais nous nous sommes personnellement sentis menacés.»

Pour M. Lapierre, il importe de comprendre les tenants et les aboutissants du conflit ukrainien afin de bien expliquer aux enfants l'état des choses qui gangrène actuellement le pays d'où ils viennent.

«C'est important de parler de cette réalité à nos enfants pour créer de la compassion pour leur pays d'origine, pour les aider à comprendre d'où ils viennent. C'est important de leur faire comprendre l'importance de la stabilité que nous avons au Canada.»

Enfin, gageons que nous reparlerons des Joseph-Lapierre au cours des prochaines années, le couple n'écartant pas la possibilité d'adopter d'autres enfants. «On souhaiterait adopter un enfant qui a le VIH. Pour l'instant, on va digérer l'arrivée des deux derniers, mais on l'envisage sérieusement. Est-ce que ce sera un enfant, trois enfants? L'avenir nous le dira», conclut M. Lapierre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer