Mariage réussi entre le Marché de Noël et le Sanctuaire

Déménagées cette année du parc Champlain où elles... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Déménagées cette année du parc Champlain où elles avaient érigé leurs pénates depuis quelques hivers, les petites maisons marchandes s'étaient installées en rang d'oignons sur le parvis de la basilique du sanctuaire.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il va sans dire qu'à la lumière du retentissant succès d'achalandage observé au sanctuaire Notre-Dame-du-Cap au cours de la fin de semaine, l'union légitime entre le Marché de Noël et le festival Noël en lumière est «une réussite».

Plus de 1500 personnes ont passé les tourniquets... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Plus de 1500 personnes ont passé les tourniquets des jardins du sanctuaire, seulement dimanche, pour s'en mettre plein les yeux. 

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Au point où, selon le recteur Yoland Ouellet, cette formule matrimoniale consacrée pourrait être consommée à nouveau en 2015. «Comme mariage, c'est une réussite», se réjouit le recteur. «Ça augure bien pour l'an prochain.»

À l'exception des flâneurs qui se sont présentés en dehors des heures d'ouverture et des enfants de 12 ans et moins pour qui l'entrée est gratuite, plus de 1500 personnes ont passé les tourniquets des jardins du sanctuaire, seulement dimanche, pour participer à ce cortège nuptial et s'en mettre plein les yeux.

À cela s'ajoutent les 1200 visiteurs qui, sur une base quotidienne, on fait un saut à l'exposition de crèches et de maquettes à l'échelle dans les locaux du restaurant du Bord de l'eau.

Le Marché de Noël a fermé les portes de son village d'artisans dimanche. Déménagées cette année du parc Champlain où elles avaient érigé leurs pénates depuis quelques hivers, les petites maisons marchandes s'étaient installées en rang d'oignons sur le parvis de la basilique du sanctuaire.

La semaine dernière, la popularité des produits qui y étaient vendus fut telle que certains commerçants durent fermer temporairement leur kiosque après avoir manqué de marchandise. Un «beau problème» qui s'est répété en fin de semaine.

«C'est un succès de participation, c'est un succès d'achalandage. Les commerçants ont été agréablement surpris», rapporte le coordonnateur des activités Pierre Montreuil. Quant à savoir si cette activité hivernale déroulera son tapis de bienvenue au sanctuaire l'an prochain, M. Montreuil demeure plus prudent que son recteur, attendant l'analyse détaillée des retombées financières engendrées par cette affluence.

Car les effets secondaires positifs émanant du mariage de ces deux événements ne sont pas que populaires, ils sont de surcroît économiques. Pour l'administration du sanctuaire, cette manne inespérée tombée du ciel au début de l'hiver permettra d'entretenir les vastes terrains et les fastes bâtiments qui composent l'héritage de ce lieu de culte.

«Le Marché de Noël, ce n'est pas les vendeurs du temple, c'est pour soutenir le temple. La cause est très bonne. Les gens qui sont venus au Marché sont allés dans notre boutique de souvenirs, d'autres sont entrés dans la basilique et ont allumé des lampions. Tout ça est un soutien pour l'entretien des lieux dont nous sommes responsables», insiste le père Ouellet.

Cela sans compter le prix d'entrée pour accéder aux jardins entre 16 h et 22 h, deux modiques dollars qui n'ont pas arrêté les visiteurs. «Les gens paient sans aucun problème puis, en sortant, nous disent que c'est très peu cher payé pour ce qu'ils ont vu», atteste M. Montreuil.

Ceux qui n'ont pas encore eu le loisir d'admirer l'art lumineux des petites ampoules auront l'occasion de le faire jusqu'au 4 janvier. Les mélomanes seront également heureux d'apprendre que le concert du Choeur du sanctuaire aura lieu le 24 décembre à 21 h, suivi des chants chorales de la Maîtrise du Cap à 23 h 30.

Enfin, le 27 décembre à 19 h 30, la chorale des Pauvres de Saint-François livrera une partie de son répertoire au Petit sanctuaire, alors que les étudiants du Conservatoire de musique de Trois-Rivières joueront les 28 décembre et 3 janvier à 19 h 30. Pour ces deux dernières activités, la contribution demandée est volontaire.

La programmation complète des concerts, célébrations religieuses, animations familiales et expositions est disponible sur le site Internet www.sanctuaire-ndc.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer