Des budgets sous le signe de l'austérité

Les élus trifluviens présenteront, lundi soir, le budget... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les élus trifluviens présenteront, lundi soir, le budget pour la prochaine année.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La semaine s'annonce chargée pour de nombreuses villes et municipalités de la région qui adopteront les budgets pour l'année 2015.

L'adoption et la présentation de tous ces budgets se fera évidemment sous le signe de l'austérité, notamment en raison des réalités imposées par le pacte fiscal transitoire survenu entre Québec et les municipalités, et qui retranchera 300 M$ de transferts provinciaux aux différentes municipalités de la province.

Des mesures qui auront un impact certain, soit sur le taux de taxation ou sur les services offerts aux citoyens. Lundi, trois des principales villes adoptent un budget, soit Shawinigan, Trois-Rivières et Nicolet.

À Shawinigan, le maire Michel Angers a déjà fait savoir que le budget 2015 avait été son exercice budgétaire le plus difficile à faire en ses cinq années à la mairie. Les mesures du nouveau pacte fiscal entraînent un manque à gagner de 1,2 M$, mais il faut aussi dire que la Ville a choisi de provisionner dès maintenant les revenus de taxes qui étaient générés par l'exploitation des usines Rio Tinto Alcan et Produits forestiers Résolu, même si leur valeur n'est pas tombée à zéro. Ce montant de 1,8 M$, ajouté à celui du pacte fiscal, laisse entrevoir un effort supplémentaire de 3 M$ à combler.

L'an dernier, le budget global de la Ville de Shawinigan s'élevait à 81,6 M$, soit 104 000 $ de moins que le budget précédent. Le maire Michel Angers, sans laisser entrevoir les détails entourant le budget 2015, a tout de même fait savoir que certains services écoperont de cette réalité budgétaire.

À Trois-Rivières, c'est un manque à gagner de 3,8 M$ avec lequel les fonctionnaires et élus municipaux ont dû composer pour la préparation du budget 2015. Le maire Yves Lévesque a toutefois laissé entendre que les hausses de taxes seront probablement moindres à Trois-Rivières que dans les autres grandes villes du Québec. Le régime minceur auquel s'est astreint la Ville depuis un an, et qui a notamment entraîné la suppression de 23 postes dans différents départements, devrait permettre à la Ville de s'en tirer avec une hausse de taxes moins importante que d'autres villes.

Cela ne se fera pas sans efforts par contre, alors que des coupes ont déjà été annoncées du côté de IDE Trois-Rivières, et qu'on s'attend aussi à des réductions du côté de la Société de transport de Trois-Rivières et de différents services dispensés par les cols bleus. Le budget sera par ailleurs le moment de connaître les enveloppes qui auront été réservées à différents départements, dont celui de la Corporation de l'amphithéâtre et de son spectacle d'ouverture prévu en juillet 2015. Le budget pour 2014 pour la Ville de Trois-Rivières s'établissait à 239,4 M$.

À Nicolet, le maire Alain Drouin a déjà fait savoir que la Ville allait mettre un frein aux projets d'immobilisations nécessitant des règlements d'emprunt tant que le nouveau pacte fiscal, qui sera négocié au cours des prochains mois, ne sera pas connu. Le manque à gagner, sur un budget estimé à 12 M$ pour Nicolet, se chiffrera à 175 000 $.

Des projets comme la rénovation de l'hôtel de ville et la construction de la nouvelle bibliothèque, qui étaient sur la table depuis déjà un certain temps, se retrouvent maintenant sur la glace tant que la Ville ne saura pas ce qui l'attend pour les années qui suivront 2015.

Mercredi

Deux autres villes adopteront un budget mercredi, soit La Tuque et Louiseville.

À La Tuque, le conseil municipal doit composer avec 1,3 M$ de transferts provinciaux de moins, pour un budget qui était établi l'an dernier à 27 225 000 $. Le maire Normand Beaudoin s'était même rendu à Québec au cours des dernières semaines afin de plaider sa cause auprès du gouvernement pour que cette mesure ait moins d'impact pour sa ville.

Du côté de Louiseville, le maire Yvon Deshaies évalue à 150 000 $ l'impact du pacte fiscal sur un budget frôlant d'année en année les 11 M$. Certains projets de réfection de voirie, dont la préparation des plans pour la réfection entière de l'avenue Dalcourt afin d'y dévier le trafic lourd dans les prochaines années, sont notamment au programme pour 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer