«Jean nous a portés toute sa vie. Et là, c'est nous qui le portions.»

Le cercueil de Jean Béliveau a été porté... (Photo Paul Chiasson, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le cercueil de Jean Béliveau a été porté par les anciens joueurs du Canadien Robert Rousseau, Jean-Guy Talbot, Phil Goyette, Yvan Cournoyer, Guy Lafleur et Serge Savard.

Photo Paul Chiasson, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) «Jean nous a portés toute sa vie. Et là, c'est nous qui le portions», a déclaré mercredi après les funérailles Robert «Bobby» Rousseau, l'ancien attaquant qui a évolué aux côtés de Jean Béliveau pendant près d'une décennie.

M. Rousseau a porté le cercueil d'un ancien coéquipier et capitaine, mais surtout d'un ami. L'ancien joueur du Canadien de Montréal qui réside dans la région a rempli fièrement cette tâche avec Jean-Guy Talbot, Guy Lafleur, Yvan Cournoyer, Serge Savard et Phil Goyette.

«Avec le talent qu'il avait, son amour pour le hockey, pour son équipe et ses coéquipiers, c'était pour nous une façon de le remercier et de lui dire: ''Salut mon Jean!''», a confié Bobby Rousseau. «Jean Béliveau respectait le sport et tous ses coéquipiers.»

Les anciens joueurs du Canadien et des autres équipes de la LNH étaient nombreux mercredi à la basilique-cathédrale Marie-Reine-du-Monde pour rendre un dernier hommage à la légende du hockey qui s'est éteint la semaine dernière.

«C'est un modèle d'athlète», estime Bobby Rousseau. «Nous venons de vivre une journée mémorable pour le Québec.»

Bobby Rousseau et sa conjointe Huguette ont bien connu Jean Béliveau et sa famille. Il se souvient comme si c'était hier des soirées passées chez la légende du hockey. Ces bons souvenirs de son ami disparu demeureront à jamais gravés dans sa mémoire. «Pour un jeune hockeyeur de21 ou 22 ans, être invité à la maison de Jean était un grand plaisir», se souvient-il.

Robert Rousseau n'a pas du tout été surpris de la réaction du public, et de sa peine, à la suite du décès de M. Béliveau.

«Jean ne disait jamais non. Il connaît tous les coins du Québec et du Canada. Il a aussi été invité souvent aux États-Unis et en Europe. Il était très en demande. Jean Béliveau, c'est Jean Béliveau. Ça lui faisait toujours un plaisir de signer tous les autographes qu'on lui demandait», précise son ancien coéquipier et ami.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer