De nouvelles compressions à prévoir à Trois-Rivières

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le dépôt du budget de la Ville de Trois-Rivières, lundi soir, sera non seulement très attendu des contribuables, mais également des employés municipaux, alors que certains services pourraient aussi écoper des nouvelles réalités budgétaires, spécialement celles imposées par Québec avec le plus récent pacte fiscal. Déjà, des départements ont commencé à ressentir des effets depuis les dernières semaines, avec des heures réduites et des employés temporaires qui n'ont pas été rappelés pour la saison hivernale.

C'est du moins ce que confirme le président du Syndicat des employés manuels (cols bleus) de la Ville de Trois-Rivières, Simon Lapierre. «Par le passé, on avait des employés temporaires qui passaient tout l'hiver avec nous, mais qui se retrouvent sur le chômage cette année. On ressent les effets sur les équipes de travail. L'employeur fait la chasse aux heures supplémentaires, et certains horaires ont été repensés pour atteindre les objectifs budgétaires», constate Simon Lapierre.

Ce dernier souligne que certains départements, comme les loisirs et l'aide aux organismes paramunicipaux, ont notamment écopé. «La Ville s'est questionnée sur la pertinence d'offrir certains services», ajoute M. Lapierre, qui précise qu'aucun service n'aurait pour autant été complètement abandonné, à sa connaissance. Impossible de chiffrer le nombre d'heures qui ont pu être coupées sur les équipes de cols bleus, mais aucun poste permanent n'a toutefois été touché, bien que certains permanents se retrouvent aujourd'hui à combler des tâches qui étaient autrefois occupées par des employés temporaires.

On sait que depuis au moins les douze derniers mois, la Ville s'est employée à revoir plusieurs de ses services et de ses besoins, dans une optique de réaliser certaines économies. En un an, l'équivalent de 23 postes ont été coupés dans divers départements, un processus de réingénierie qui avait permis de dégager des économies de 2,3 M$. Toutefois, ces économies réalisées pourraient ne pas se refléter sur le compte de taxes en 2015, étant donné l'imposition par Québec de nouvelles coupes de l'ordre de 300 M$ aux municipalités. Pour Trois-Rivières, ce sont des efforts budgétaires supplémentaires de 3,8 M$ qui sont donc exigés par ce nouveau pacte fiscal.

Le maire Yves Lévesque ne le cache pas, certains services seront touchés. On a déjà annoncé des coupes du côté de IDE Trois-Rivières, et la Société de transport de Trois-Rivières pourrait elle aussi être touchée. Questionné sur les services aux citoyens et les heures travaillées par les cols bleus, il n'a pas voulu donner trop de détails avant la présentation du budget. «Ce ne sera pas gigantesque, mais on n'a pas le choix. Mais je m'étonne toujours de voir l'émoi quand on réalise de minuscules coupes au municipal, alors que Québec sabre à grands coups de millions de dollars et que personne ne dit rien», déplore Yves Lévesque.

D'autres syndicats d'employés municipaux joints par Le Nouvelliste disaient ne pas avoir encore remarqué l'effet du nouveau pacte fiscal sur les heures travaillées, mais ajoutaient avoir l'intention de demeurer très attentifs au dépôt du budget lundi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer