Québec solidaire à la conquête des régions

À la suite du Conseil national de Québec... (PHOTO STÉPHANE LESSARD, ARCHIVES LE NOUVELLISTE)

Agrandir

À la suite du Conseil national de Québec solidaire, la coporte-parole Françoise David souhaite entreprendre une vaste tournée du Québec afin de mieux comprendre les enjeux régionaux. Lors de la conférence de presse, Mme David était accompagnée de Manon Massé, députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques.

PHOTO STÉPHANE LESSARD, ARCHIVES LE NOUVELLISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) À la clôture, dimanche, du conseil national de Québec solidaire (QS) à Trois-Rivières, le mot régionalisation était sur les lèvres des 200 délégués réunis à l'école secondaire Chavigny. C'est que le parti associé au spectre gauche de l'échiquier politique québécois entend utiliser les prochaines années pour faire connaître davantage ses idées en dehors des grands centres urbains et se départir de l'image «montréalo-centriste» qu'on lui accole généralement.

«Nous disposons de quatre ans devant nous, quatre ans pour proposer une véritable alternative au peuple du Québec dans laquelle l'ensemble de la population pourra se reconnaître», souligne à grands traits le coporte-parole national Andrés Fontecilla. À son avis, il importe certes que QS soit «tourné vers le dialogue avec la population», mais dorénavant son regard se déposera «dans toutes les régions du Québec».

Les deux derniers jours ont donc été mis au profit de la régionalisation des idées solidaires, les délégués développant les «outils nécessaires pour que (les) associations puissent mieux faire connaître (leurs) propositions à la population». D'après

M. Fontecilla, la députation solidaire ne comprend pas dans le menu détail les réalités économiques et sociales qui animent le Québec en dehors de l'île de Montréal.

Pour remédier à cette incompréhension, une vaste tournée panquébécoise sera organisée, histoire de se mettre au diapason des quatre coins de la province et ainsi adapter son discours en conséquence.

«On va faire le tour du Québec», renchérit la députée de Gouin et coporte-parole nationale Françoise David.

«Et lorsqu'on va aller dans les régions, on ne va pas rester deux heures. On va faire des assemblées publiques, on va discuter avec les gens, on va écouter les gens pour que nos propositions économiques, par exemple, soient fidèles à la réalité des régions.

Quelle est votre vision du développement économique? Nous n'allons pas arriver de Montréal avec des réponses à tout. Il y a des gens en région qui savent mieux que nous quoi faire. On veut en arriver à faire des plans de développement économique spécifiques à chacune des régions.»

Un discours à saveur régionale qui a particulièrement inspiré le coporte-parole de l'association trifluvienne et candidat à la dernière élection Jean-Claude Landry. Ce dernier n'a pas manqué de déplorer à maintes reprises la volonté du gouvernement Couillard de sabrer dans les «infrastructures de concertation régionale», entre autres les centres locaux de développement (CLD), les conférences régionales des élus (CRE), les solidarités rurales, les commissions scolaires et les agences de la santé et des services sociaux.

«Tous les lieux de participation et d'implication régionale, les pôles de décision régionaux sont remis en cause par le jeu d'une centralisation», s'insurge M. Landry.

À ses yeux, il est inconcevable que le Québec se départisse de ces instruments nécessaires au développement des régions, retirant de facto aux citoyens son pouvoir d'influence auprès des décideurs publics.

«Si on veut parler d'un enjeu actuel, celui des outils régionaux de concertation, de mobilisation et de décision, c'est l'enjeu principal pour Québec solidaire.»

Enfin, à l'aube des commémorations soulignant le 25e anniversaire de la fusillade à l'École Polytechnique, où 14 femmes étaient tombées sous le feu des balles de Marc Lépine, les membres de QS ont soutenu une minute de silence, moment empreint d'une grande émotion en présence de Sylvie Haviernick, soeur de Maud décédée le 6 décembre 1989.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer