Solidarité rurale ferme ses portes

Claire Bolduc... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Claire Bolduc

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Nicolet) Victime des coupes budgétaires, l'organisme Solidarité rurale du Québec, situé à Nicolet, fermera ses portes de manière définitive le 9 décembre prochain, entraînant neuf mises à pied.

«Le découragement n'est pas au rendez-vous, nos employés ne sont pas abattus. Le ressac va se faire sentir en janvier, février, mais nous sommes encore ancrés dans l'action et dévoués à la cause», a confié celle qui, dès le lendemain, écoutera ce que les membres ont à dire en assemblée générale, et ce, à leur demande.

Le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire avait déjà annoncé que le gouvernement n'avait plus besoin des services de Solidarité rurale à titre d'instance-conseil en matière de développement rural.

Au moment de l'annonce, les représentants de l'organisme avaient été informés que 2015 serait une année de transition, et qu'en ce sens, un dernier versement allait être émis pour compléter l'année financière, jusqu'au 31 mars 2015.

Or, vendredi dernier, l'organisation a reçu une correspondance l'informant que ce dernier versement ne viendrait pas. En conséquence, le conseil d'administration de Solidarité rurale du Québec a dû prendre «la difficile décision» de mettre à pied les employés de l'organisation.

«La décision du gouvernement est odieuse, mais celle du conseil d'administration est sage, ayant pris la mesure de ce qui nous a été imposé», a indiqué Mme Bolduc.

À la suite de ces événements, une assemblée générale extraordinaire, ouverte au grand public, aura lieu le 10 décembre à Trois-Rivières, à la salle Félix-Leclerc (1001 rang Saint-Malo), dès 9 h 30, «pour voir vers quoi on se dirige comme coalition».

«Solidarité rurale appelle toutes les personnes et organisations qui souhaitent soutenir la coalition à en devenir membre, par le biais de son site Internet (www.ruralite.qc.ca) ou en personne, au moment de l'assemblée», précise-t-elle.

Celle-ci rappelle que la Politique nationale de la ruralité avait pourtant été renouvelée pour dix ans en 2013 et que Solidarité rurale avait un plan de travail très précis avec, pour objectif, d'aider les milieux ruraux à se structurer de manière efficace.

Maintenant que le couperet est tombé, Claire Bolduc se retrouve également sans emploi, elle qui recevait une compensation pour trois jours et demi par semaine.

Élue à la présidence en 2008, elle avait quitté la direction régionale du ministère de l'Environnement en Abitibi-Témiscamingue, une région où elle demeure toujours, en lien avec une production agricole.

«C'est la nature même des militants que de n'avoir aucun filet de sécurité», a-t-elle conclu

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer