PKP et Alexandre Cloutier en Mauricie

Pierre Karl Péladeau était l'invité de l'assemblée générale... (Émilie O'Connor)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau était l'invité de l'assemblée générale annuelle de l'association péquiste de Champlain. On le voit ici en compagnie de l'ancienne députée Noëlla Champagne.

Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Entièrement peinte en rouge lors des dernières élections, la Mauricie a accueilli dimanche deux députés péquistes qui pourraient succéder à Pauline Marois à la tête du Parti québécois (PQ). Pierre Karl Péladeau et Alexandre Cloutier ont notamment dénoncé l'abolition des Centres locaux de développement (CLD), des organismes jugés importants pour le développement économique des régions.

Le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier.... (PHOTO ARCHIVES LE QUOTIDIEN) - image 1.0

Agrandir

Le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier.

PHOTO ARCHIVES LE QUOTIDIEN

Pierre Karl Péladeau, qui n'a pas terminé sa réflexion quant à son éventuelle candidature à la chefferie du parti, a affirmé que Québec doit stimuler la création de PME, notamment en Mauricie où l'économie a reposé très longtemps essentiellement sur la grande entreprise.

«La région a eu de très grandes entreprises, mais malheureusement pas un tissu de PME suffisamment solide. Lorsqu'une grosse usine décide de fermer, ça crée une perte d'emplois significative. Je suis d'avis, contrairement à ce que dit le ministre de l'Économie [Jacques Daoust], que nous devons faire en sorte de stimuler la création de PME. Ce n'est pas vrai que ce n'est que les grandes entreprises qui créent des emplois», estime Pierre Karl Péladeau en précisant s'opposer à la réduction des crédits d'impôt pour les entreprises.

«Ça va avoir un impact considérable, car la grande majorité des bénéficiaires des crédits d'impôt, ce sont des PME québécoises. [...] Il ne faut pas se surprendre malheureusement de la performance économique très mauvaise du gouvernement libéral de Philippe Couillard.»

Le développement des PME passe, selon PKP, notamment par l'accompagnement des entrepreneurs. À ce titre, l'ancien chef de direction de Québecor estime que l'abolition des Centres locaux de développement (CLD) est une mesure «néfaste et préjudiciable pour le Québec».

«Notre maîtrise économique est relativement récente au Québec. Ça fait quelques décennies que nous avons des entrepreneurs et que nous avons pris en main notre destinée économique. Pour s'assurer que ça se poursuive, je pense qu'il faut accompagner nos entrepreneurs», a-t-il souligné.  

«Ce n'est pas juste du financement dont les entrepreneurs ont besoin. C'est aussi d'un réseau et de messages forts. C'est ce que les CLD procuraient aux entrepreneurs.»

Se disant neutre au sujet de cette course à la chefferie du PQ, l'ancienne députée de Champlain, Noëlla Champagne, affirme que l'association de Champlain entend accueillir tous les candidats qui désirent s'exprimer devant la famille péquiste de la région. Dimanche, une centaine de membres du PQ étaient réunis pour entendre Pierre Karl Péladeau parler de ses motivations souverainistes et politiques ainsi que de sa vision de l'économie.

«Philippe Couillard a trompé les régions», estime Alexandre Cloutier

Le député de Lac-Saint-Jean et candidat officiel à la chefferie du PQ, Alexandre Cloutier, s'est arrêté samedi au Centre-du-Québec puis en Mauricie dimanche. Dans une lettre qu'il a fait parvenir aux médias, le député dénonce la volonté du gouvernement de fusionner des CSSS, la fermeture des bureaux régionaux sur l'immigration, les changements de vocation des carrefours jeunesse-emploi (CJE) ainsi que l'abolition des CLD ainsi que des Conférences régionales des élus (CRE).    

«Les CRE sont les seuls lieux de concertation où les élus locaux traitent des enjeux régionaux, tandis que les CLD possèdent une expertise unique pour aider les entrepreneurs à se lancer en affaires», a fait valoir M. Cloutier. «On nous a aussi annoncé l'aberrant changement de vocation des carrefours jeunesse-emploi (CJE), qui aidaient jusque-là les jeunes à se trouver des emplois, peu importe leur condition. Désormais, 40 000 des 60 000 jeunes dans le besoin ne pourront plus bénéficier des services des CJE.»

«Pourtant, lors de la dernière campagne électorale, Philippe Couillard s'était présenté en grand défenseur des régions du Québec. Il s'était fait l'apôtre de la décentralisation de l'État, répétant à qui voulait bien l'entendre qu'en tant que nouveau résident du Lac-Saint-Jean,

il connaissait ''la vie de région'' et les préoccupations des gens qui y habitent. Sept mois plus tard, force est de constater que tout cela n'était qu'une imposture», dénonce le député de Lac-Saint-Jean.  De surcroît, Alexandre Cloutier estime que la confiance des électeurs envers le gouvernement libéral est brisée.

«Ce gouvernement n'a effectivement jamais obtenu le mandat d'opérer un tel démantèlement de nos leviers de développement. Le Parti libéral a fait campagne en nous présentant une politique économique qui ne tenait qu'en un chiffre: la création de 250 000 nouveaux emplois. Depuis l'élection, l'effet libéral sur l'économie a plutôt été la perte de 82 000 emplois en sept mois», affirme-t-il.

«Derrière les discours et les beaux chiffres, on constate une absence de vision. L'austérité, ce n'est pas une politique de développement économique. La centralisation, ce n'est pas une politique de développement régional.Pas plus que la gestion de l'État n'est un simple exercice comptable.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer