Louis Lesage toujours dans le coma

Le président de la Fraternité des policiers et... (Photo: Archives, Sylvain Mayer)

Agrandir

Le président de la Fraternité des policiers et pompiers de Trois-Rivières, Louis Lesage.

Photo: Archives, Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Près de deux semaines après l'incendie qui l'a grièvement blessé dans un restaurant de Champlain, le président de la Fraternité des policiers et pompiers de Trois-Rivières, Louis Lesage, repose toujours dans un coma artificiel au Centre des grands brûlés de Québec. La situation entourant son état de santé demeure toujours très préoccupante, affirme le vice-président du syndicat, Serge Mailloux.

«Nous sommes inquiets et très affectés par l'état de santé de Louis. Il est toujours dans une situation difficile et son état n'est pas encore stable en plus de quelques complications qui se sont ajoutées dans les derniers jours. Nos membres sont attristés par la situation et c'est toute la communauté syndicale policière du Québec qui est sous le choc, puisque Louis est très actif sur la scène syndicale provinciale. Nous souhaitons que son état de santé s'améliore le plus rapidement possible», a fait savoir M. Mailloux, vendredi matin.

De son côté, la Ville de Trois-Rivières a émis un communiqué pour offrir ses pensées et son soutien aux policiers impliqués dans cet événement.

On se souviendra que le 8 novembre, M. Lesage et quelques collègues accompagnés de proches participaient à un souper amical au Manoir Antic de Champlain lorsqu'un incendie causé par un poêle à fondue s'est déclaré. M. Lesage a été gravement brûlé et transporté au Centre des grands brûlés de Québec. Deux autres collègues ont été plus légèrement blessés et transportés au CHRTR.

«La Ville de Trois-Rivières tient à souligner que ses pensées accompagnent monsieur Louis Lesage qui est toujours maintenu dans un coma artificiel au Centre des grands brûlés de Québec», indique le porte-parole Yvan Toutant.

Par ailleurs, on précise que la Direction des ressources humaines et la Direction de la sécurité publique ont offert aux policiers et conjoints présents lors de cette tragédie un soutien psychologique personnalisé par le biais du programme d'aide aux employés. Un geste qui a d'ailleurs été souligné par le vice-président du syndicat comme étant très apprécié.

«Il n'y a pas de couleur de chemise lorsque survient un événement comme celui-là. C'est une tragédie. La Ville et les ressources humaines ont grandement et très rapidement supporté notre monde et continuent de le faire. Ils ont même outrepassé leur mandat, selon moi, alors je leur lève mon chapeau», ajoute Serge Mailloux, rappelant que l'événement était survenu lors d'une soirée entre amis, et non lors d'une opération.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer