Manifestation en appui à Radio-Canada à Trois-Rivières

Près de 150 personnes se sont réunies dimanche... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Près de 150 personnes se sont réunies dimanche devant la station de Radio-Canada au centre-ville de Trois-Rivières afin de dénoncer les compressions imposées à la société d'État.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Près de 150 personnes se sont rassemblées dimanche devant les bureaux de Radio-Canada Mauricie-Centre-du-Québec à Trois-Rivières pour dénoncer les compressions imposées à la société d'État. Cette manifestation s'inscrivait dans un vaste effort de mobilisation nationale.

Bien qu'ils ne savent pas comment les compressions vont se traduire dans la région, les travailleurs de la station régionale sont inquiets, particulièrement les jeunes employés.

«Évidemment, lorsqu'on dit que 1500 employés de Radio-Canada vont perdre leur emploi à travers le pays, les chances qu'on se fasse rattraper par ces coupures existent», explique Pierre Marceau, journaliste et délégué syndical. «Nous sommes une station régionale avec un mandat de sept jours sur sept. Est-ce que les services seront réduits? Les possibilités sont là. On ne sait pas ce qui nous attend, mais on est sur la corde raide. On se sent menacés.»

Les députés fédéraux de Trois-Rivières et de Bas-Richelieu-Nicolet-Bécancour, Robert Aubin et Louis Plamondon, le député provincial de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, des conseillers municipaux de Trois-Rivières, le fondateur et président du Festival international de la poésie de Trois-Rivières, Gaston Bellemare, des artistes de la région ainsi que plusieurs citoyens se sont joints dimanche aux employés de Radio-Canada pour manifester leur désaccord.

À Montréal, des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour demander aussi au gouvernement fédéral de revenir sur sa décision d'imposer de nouvelles compressions à Radio-Canada. Des rassemblements ont aussi eu lieu à Québec, Sherbrooke, Saguenay, Rimouski, Matane, Gaspé ainsi qu'à Moncton.

Philippe Couillard inquiet

Tout en disant comprendre les coupes budgétaires et les efforts de redressement à Radio-Canada, le premier ministre du Québec Philippe Couillard s'est montré inquiet dimanche pour l'avenir de l'information régionale.

«Je comprends les efforts», a-t-il déclaré en premier lieu dimanche matin à Québec, alors que des milliers de personnes manifestaient à Montréal et Québec pour affirmer leur soutien au diffuseur public. «S'il y a bien quelqu'un qui comprend les efforts de redressement budgétaire, c'est moi», a poursuivi le premier ministre.

«Ceci étant dit, comme je l'ai dit, il faut voir la fonction», a aussitôt ajouté le chef du Parti libéral du Québec. «Moi, ce qui me préoccupe, avec Radio-Canada, c'est d'abord sa fonction de diffuseur régional. Moi, j'habite en région, je tiens à ce qu'il y ait une information régionale de qualité.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer