Plus d'un quart de million $ pour la restauration du Mausolée des évêques

Le Mausolée des évêques dans le cimetière Saint-Michel... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le Mausolée des évêques dans le cimetière Saint-Michel à Trois-Rivières.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le Mausolée des évêques de Trois-Rivières, propriété du diocèse, fera l'objet le printemps prochain d'une restauration au coût total de 242 813 $ dont 206 391 $ proviendront du Conseil du patrimoine religieux du Québec.

L'intérieur du Mausolée des évêques.... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

L'intérieur du Mausolée des évêques.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

C'est ce qu'on peut lire dans la dernière liste des travaux prévus en Mauricie récemment publiée par le CPRQ. L'importance de la subvention par rapport au coût total des travaux s'explique par le fait que ce monument funéraire a été cité immeuble patrimonial par la Ville en 2007 et, surtout, classé d'intérêt patrimonial en 2009 par le ministère de la Culture et des communications.

D'ailleurs, du côté de l'évêché, Jasmine Johnson, aux communications, explique que si le monument n'avait pas été classé historique, on y aurait pensé à deux fois avant d'entreprendre des travaux aussi importants et qui pourraient même atteindre 270 000 $.

«On n'a pas le choix de l'entretenir. 80 % du budget vient du programme du MCC et l'autre partie d'un budget de l'évêché, un fonds pour l'entretien des bâtiments. On n'a pas le choix», insiste-t-elle, manifestement consciente qu'une telle dépense fera sourciller quelques marguilliers à qui l'évêque a recommandé de cesser d'investir dans les pierres.

Le Mausolée est tout de même en assez bonne condition, si on excepte quelques fissures, des graffitis et quelques verrières cassées du côté de la chapelle. On précise qu'avant d'effectuer les travaux de béton, intérieurs et extérieurs, il faudra imperméabiliser la structure car le monument est ouvert aux intempéries.

Bien des Trifluviens ignorent ce qu'est le Mausolée des évêques et, pourtant, la plupart l'ont aperçu du coin de l'oeil, à l'occasion de funérailles. Il s'agit de cet immeuble blanc, à la forme un peu étrange, (une voile orientée vers le ciel) construit en 1965 au cimetière Saint-Michel, à la suite d'une commande de Mgr Georges-Léon Pelletier dans le cadre d'une campagne de rénovation à la cathédrale de l'Assomption. On voulait alors remplacer la crypte par une salle communautaire au sous-sol de la cathédrale.

Le monument comprend un mausolée de tombeaux d'un côté et une chapelle funéraire de l'autre, le tout construit selon les plans des architectes Jean-Claude Leclerc (architecte de l'hôtel de ville de Trois-Rivières) et Roger Villemure, inspiré de l'expressionnisme formel. Il s'agirait de l'un des rares mausolées construits au Québec au XXe siècle et le seul mausolée extérieur réservé à des religieux.

Peu visible du boulevard des Forges, on retrouve l'immeuble dans l'axe principal depuis l'entrée du cimetière Saint-Michel, précisément à l'endroit où les architectes paysagistes du cimetière avaient prévu une chapelle. Une trouée dans l'immeuble permet de voir le calvaire.

C'est au cours des mois de juin et juillet 1966 que 45 corps (prélats, prêtres, frères et laïcs dont un maire et un juge) ont été exhumés de la crypte de la cathédrale. On raconte que si l'identification des tombes des évêques fut facile, celle des autres corps fut plus ardue et cinq n'ont pu être identifiés. La translation et l'inhumation des corps ont eu lieu à la fin de l'été 1966. Les corps des quatre évêques ont été déposés dans le monument funéraire et les autres corps, autour.

Le diocèse de Trois-Rivières a connu neuf évêques, dont trois sont encore vivants (Mgrs Laurent Noël, Martin Veillette et Luc Bouchard).

Des six évêques morts à ce jour, cinq sont inhumés au Mausolée (Thomas Cooke, Louis-François Richer Laflèche, François-Xavier Cloutier, Alfred-Odilon Comtois et Georges-Léon Pelletier), seul le cardinal Maurice Roy qui fut aussi archevêque de Québec n'y est pas inhumé. Il repose dans la crypte de la cathédrale Notre-Dame de Québec.

Les évêques de Trois-Rivières

Thomas Cooke (1852-1870 (construction de la cathédrale)

Louis-François Richer Laflèche 1870-1898,

François-Xavier Cloutier (1898-1934) (incendie de Trois-Rivières)

Alfred-Odilon Comtois (1934-1945)

Maurice Roy, promu archevêque de Québec en 1947, cardinal en 1965

Georges-Léon Pelletier (1947-1975) (Congrès marial 1954)

Mgrs Laurent Noël (1975-1996) (visite du pape 1984)

Martin Veillette (1996-2012) (passage remarqué à la Commission Bouchard-Taylor)

Luc Bouchard (2012- )

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer