Les postiers demandent l'appui de la population

Des postiers de la région ont distribué 3000... (Olivier Croteau)

Agrandir

Des postiers de la région ont distribué 3000 cartes postales samedi à Shawinigan pour demander l'appui de la population.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Une quarantaine d'employés de Postes Canada de la Mauricie ont fait des «heures supplémentaires» samedi pour dénoncer les transformations du service postal public, dont l'abandon de la livraison du courrier à domicile.

Les syndiqués ont distribué 3000 cartes postales dans des boîtes aux lettres de Shawinigan pour demander l'appui de la population dans leur combat pour renverser la décision du gouvernement.

Les travailleurs demandent à la population de signer et de mettre à la poste ces cartes postales adressées à un député fédéral. Aucun timbre n'est même nécessaire. Les postiers espèrent que l'appui populaire fasse en sorte que la transformation du service postal public devienne un enjeu pour les élections qui devraient avoir lieu en octobre 2015.

«On prétend que la livraison du courrier à domicile est un service public. Couper la livraison est une atteinte à un droit du public», a affirmé David St-Onge, président du syndicat des travailleurs et travailleuses de Postes Canada de la Mauricie, un syndicat affilié à la FTQ qui regroupe 288 membres. 

En plus de dénoncer l'utilisation des boîtes postales communautaires pour cinq millions de Canadiens, les personnes qui signent ces cartes postales dénoncent l'arrêt de la livraison du courrier à domicile, l'augmentation du prix du timbre et la fermeture des bureaux de poste publics. Ces mesures sont jugées désastreuses par les syndiqués.

«Nous voulons sensibiliser la population afin que ça devienne un enjeu électoral pour que M. Harper soit tassé du pouvoir. On souhaite qu'un nouveau gouvernement stoppe la transformation de Postes Canada», a ajouté le président du syndicat régional.

Parmi les facteurs, on retrouvait le député néo-démocrate de Trois-Rivières, Robert Aubin, qui continue de dénoncer la décision du gouvernement conservateur et appuie le regroupement «Sauvons Postes Canada». La députée libérale fédérale de Saint-Maurice-Champlain, Lise St-Denis, n'était pas présente samedi, mais elle a déjà donné son appui aux travailleurs.  

«Tout le monde voit bien qu'on est en train de faire disparaître un service essentiel et on serait le seul pays du G-7 à ne pas avoir de service postal à domicile. Ça n'a aucun bon sens», a lancé Robert Aubin.

Les postiers soutiennent de plus que Postes Canada doit s'adapter pour répondre aux nouvelles réalités des livraisons de colis. «Les colis sont en explosion. On voit une augmentation annuelle de 30 % et Postes Canada prévoit un record de livraison cette année à l'approche des Fêtes. À Trois-Rivières, on se prépare pour accueillir toute cette vague de colis», soutient-il. «Le commerce électronique est là pour rester. Et nous sommes les mieux qualifiés pour livrer les colis.»

À l'instar des postiers, le député de Trois-Rivières, comme son parti, ne rejette pas du revers de la main l'adaptation de Postes Canada aux nouvelles réalités. «Quand on repense un service, on le repense dans un élan de croissance.»

«La spécialité des conservateurs c'est de parler avec des demi-vérités. Lorsqu'ils disent que la lettre poste décroît, tout le monde est capable de voir ça. La décroissance est continue, alors que les colis sont en croissance exponentielle. Les habitudes de la population ont changé, on commande de plus en plus sur Internet», soutient-il en affirmant que Postes Canada a déjà le plus grand réseau de distribution au pays.

«On a tous les éléments pour faire de Postes Canada une entreprise rentable. Or depuis 19 ans Postes Canada a toujours été rentable, sauf l'année [2011] où la société a mis ses employés en lock-out.»

Le représentant des postiers de la région, David St-Onge, avoue de plus que l'incertitude plane quant à l'avenir du bureau de poste de Trois-Rivières, un des bâtiments emblématiques du centre-ville. L'implantation des boîtes communautaires devrait faire augmenter l'utilisation de véhicules de service, qui devront partir du centre de tri du centre-ville. Est-ce que le bureau de poste actuel pourra répondre aux nouvelles réalités? Voilà une question à laquelle les travailleurs ne peuvent répondre pour l'instant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer