Coupes: les municipalités auraient souhaité plus de temps

Richard Lehoux, président de la FQM, était de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Richard Lehoux, président de la FQM, était de passage à Saint-Prosper mardi soir pour rencontrer les maires de la région.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Saint-Prosper) Le président de la Fédération québécoise des municipalités, Richard Lehoux, était de passage mardi soir, à Saint-Prosper, pour rencontrer tous les maires de la région et discuter des changements à venir, et ils sont nombreux, dans le monde municipal.

À la veille de la signature du nouveau pacte fiscal transitoire, le président de la FQM ne cache pas qu'il aurait souhaité que les coupes soient moins importantes et surtout qu'elles se fassent sur un horizon de deux ans. Mais comme cela est manifestement impossible, il avoue qu'il lui tarde maintenant de voir le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, signer le pacte en question afin que les MRC comme les municipalités puissent préparer leur budget respectif en toute connaissance des impacts. Car impacts il y aura.

Même si des voix s'élèvent pour réclamer une consultation générale avant de faire disparaître les centres locaux de développement ainsi que les conférences régionales des élus, le nouveau président rappelle que le conseil d'administration de la FQM qui compte 41 personnes a été consulté à plusieurs reprises et qu'il a tenu une ultime rencontre téléphonique vendredi dernier pour discuter du pacte transitoire. À son avis, on manque de temps pour faire plus.

«C'est clair que dans la décision qui est prise actuellement de couper 300 millions $, la partie attribuable au CLD (40 millions $) et aux conférences régionales des élus (27 million $), ça représente une enveloppe de 67 millions $. C'est majeur. Ces coupes auront des impacts sur les municipalités et MRC partout en région. Il faut comprendre qu'un effort exceptionnel est demandé au monde municipal en 2015. 300 millions $ dans une seule intervention, c'est pas de la petite bière! On voulait plus de latitude pour une transition dans le respect. Je comprends nos membres qui auraient souhaité une grande consultation de l'ensemble des membres, mais en même temps, il faut qu'on connaisse rapidement les montants pour pouvoir préparer les budgets.»

M. Lehoux demande donc aux quelque 1000 membres de la FQM de faire confiance à leur conseil d'administration qui se compose de représentants en provenance de tout le Québec. Il rappelle aussi que des enveloppes ont été préservées, comme celle du pacte rural, ou bonifiées, comme l'enveloppe destinée à la voirie locale.

«Mais c'est clair qu'on ne peut penser donner le même service quand une enveloppe est coupé de 60 %. C'est à peu près ça qui se produit pour les CLD», reconnaît-il. M. Lehoux ajoute par ailleurs qu'on ne peut penser ne plus utiliser l'expertise qui a été développée dans les CLD et qu'il faudra trouver une façon de l'incorporer dans la structure des MRC. «Appelons ça comme on voudra, mais il ne faut pas que ce soit perdu. Mais soyons réalistes, ça n'aura pas la même ampleur.»

Sur la disparition des conférences régionales des élus, des organisations qui assuraient une cohésion dans le développement régional, M. Lehoux confie qu'il faudra imaginer une autre formule de concertation qui prendra les couleurs de chaque région, et qui permettra une concertation inter MRC. «L'argent des CRÉ va revenir dans les MRC, il reviendra à chacune d'entre elles d'imaginer une instance de concertation. Personnellement, je pense que ça en prend une», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer