Donald Martel craint que les coupes fassent augmenter les taxes municipales

Le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel.... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La Coalition avenir Québec et son député de Nicolet-Bécancour s'inquiètent que les municipalités de la province, qui devront composer en 2015 avec des compressions de 300 millions $, doivent hausser les taxes pour compenser ces coupes.

De plus, Donald Martel affirme que l'avenir des Centres locaux de développement (CLD) a été abordé lors du premier congrès du parti politique tenu ce week-end à Trois-Rivières.

«On veut développer un Québec où les individus peuvent développer leur projet professionnel, peu importe où ils se trouvent», affirme M. Martel, le seul député de la CAQ dans la région. «Pour ça, il faut développer des outils pour que partout au Québec, dans les régions rurales ou éloignées, on puisse développer notre plein potentiel. Ce n'est pas le cas présentement dans beaucoup d'endroits.»

À ce titre, Donald Martel affirme que l'abolition possible des CLD par Québec est «inquiétante». «Les CLD sont des outils vraiment importants pour les régions», estime-t-il.

Les compressions de 300 millions $ demandées aux municipalités ne devraient pas, estime la CAQ, être refilées à la population. Uniquement à Trois-Rivières, ces coupes se traduiront par un manque à gagner de 1,7 million $.

«Les contribuables paient suffisamment d'impôts et de tarifs. Nous avons peur que ces coupes fassent augmenter la taxe municipale. Pour nous, ce n'est pas acceptable», dénonce Donald Martel.

La tenue d'un premier congrès de la CAQ s'imposait, selon M. Martel. La jeune formation politique, qui a déjà connu deux élections, a pu développer ses grandes orientations ce week-end. L'occasion était belle de plus pour renouveler la confiance des membres envers leur chef, François Legault. Le député caquiste soutient que les membres du parti ont voulu manifester à leur chef qu'ils apprécient son travail.

«Au Parti québécois, le chef n'aurait pas fait long feu avec deux élections à se retrouver dans la deuxième opposition», croit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer