Le maire d'Hérouxville se dissocie d'André Drouin

Bernard Thompson, maire d'Hérouxville.... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Bernard Thompson, maire d'Hérouxville.

Photo: Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Hérouxville) Choqué par la plus récente déclaration publique de l'ex-conseiller municipal André Drouin, qui suggère la fermeture des mosquées au Canada pour 90 jours, le maire d'Hérouxville Bernard Thompson a vivement tenu à dissocier la municipalité qu'il dirige de ces propos qu'il qualifie d'«incendiaires», «absurdes» et «xénophobes».

En formulant sa proposition visant la religion musulmane, lundi, le créateur du code de vie d'Hérouxville réagissait ainsi aux tragiques attentats qui ont coûté la vie à deux militaires la semaine dernière, à Saint-Jean-sur-Richelieu et à Ottawa. Si le maire Thompson en convient qu'il est normal d'afficher une certaine crainte à la suite de tels événements, il dénonce catégoriquement la suggestion de son ex-collègue du conseil municipal.

«Il est tout à fait normal de s'inquiéter. Mais de là à provoquer des réflexions comme celle-là, je ne peux pas accepter ça. Ça peut être dangereux. Ça peut convaincre des gens en mal de sensation d'agir. De plus, c'est une façon d'amener les gens à devenir aussi fanatiques que ceux qu'on veut justement dénoncer. Il est là le danger dans un discours comme ça», souligne-t-il, tout en estimant que «la communauté musulmane ne mérite pas ce genre de traitement-là».

Pour le maire de cette petite municipalité qui s'était retrouvée sous les projecteurs dans la foulée du débat sur les accommodements raisonnables, en 2007, après avoir adopté un code de vie pour les nouveaux arrivants, il faut éviter de rajouter de l'huile sur le feu dans un climat aussi tendu.

«Il faut réfléchir à ce qui se passe et il faut avoir une solution positive à ça. Quand c'est de la provocation comme celle-là, je n'aime pas ce genre de situation. Ce que je reproche à M. Drouin, c'est de ne pas être en mesure de mesurer ses propos», soutient le premier magistrat de cette municipalité de 1280 âmes.

Bien discret à propos du débat des accommodements raisonnables depuis quelques années, M. Thompson raconte ne pas avoir eu le choix de briser le silence, lundi, après avoir entendu la nature des propos de M. Drouin. «Depuis 2008, je suis silencieux là-dessus. J'ai refusé toutes les demandes d'entrevues à ce sujet. Je voulais distancier Hérouxville du débat. Mais aujourd'hui, je suis obligé de le faire, car ça va trop loin», tranche-t-il.

Le combat d'un individu

Au-delà des propos «incendiaires» de son ancien collègue, Bernard Thompson est surtout choqué de voir le nom d'Hérouxville être une fois plus associé aux propos controversés d'André Drouin.

«Je n'ai rien à voir dans ce qu'il a entrepris. Je ne veux pas qu'Hérouxville soit mêlée à ça, car ça regarde seulement un individu qui a décidé de mener un combat», lance-t-il, tout en avouant avoir appuyé le projet de code de vie au départ, ne sachant pas jusqu'où tout ça irait.

Par ailleurs, le maire Thompson et ses collègues de l'époque avaient fait adopter une résolution, dès février 2007, visant à dissocier la municipalité des propos du controversé conseiller. Le document stipulait que le conseiller André Drouin ne pouvait prendre la parole au nom de la municipalité lorsqu'il prenait position publiquement en lien avec le code de vie et les accommodements raisonnables.

Même s'il désapprouve catégoriquement cette plus récente sortie publique de M. Drouin, le maire d'Hérouxville indique néanmoins ne pas être en guerre avec ce dernier pour autant. «Si André veut faire son débat, qu'il le fasse. C'est correct et je ne lui en veux pas pour ça. Je ne lui en veux pas d'être ce qu'il est. Cependant, André n'aurait jamais dû se servir de son poste de conseiller pour arriver à ses fins.»

«Je ne veux pas qu'Hérouxville soit mêlée à ça»

Bernard Thompson
maire d'Hérouxville
Partager

À lire aussi

  • La mauvaise idée d'André Drouin

    La Griffe à Beaudoin

    La mauvaise idée d'André Drouin

    Trois ans après la rédaction du fameux code de vie d'Hérouxville, André Drouin avoua qu'il avait parfois «ri aux larmes» lors de la rédaction de... »

  • Hérouxville: assez c'est assez!

    Opinions

    Hérouxville: assez c'est assez!

    Hier, les citoyens du Québec avaient droit encore une fois à une déclaration pour le moins incendiaire et absurde de la part d'André Drouin, ancien... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer