• Le Nouvelliste > 
  • Actualités 
  • > «Cartage» pour tous, fin de la consigne et prépaiement obligatoire pour l'essence, réclament les... 

«Cartage» pour tous, fin de la consigne et prépaiement obligatoire pour l'essence, réclament les dépanneurs

Le président de l'AQDA, Michel Gadbois.... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le président de l'AQDA, Michel Gadbois.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Prépaiement obligatoire pour prévenir les vols d'essence, transfert de la consigne au recyclage et présentation obligatoire d'une carte d'identité pour toute vente de produits réservés aux adultes. Voilà quelques-unes des nombreuses recommandations qui seront soumises au gouvernement du Québec lors du dépôt en janvier d'un Livre Vert par l'Association québécoise des dépanneurs en alimentation (AQDA).

Responsable de l'allègement réglementaire, le ministre Jean-Denis Girard aura donc de quoi alimenter la réflexion de son comité permanent après son passage devant les 150 membres de l'AQDA réunis à Trois-Rivières pour un premier Sommet.

«On se doit d'être à l'écoute de ces gens-là. On a déjà commencé à se pencher sur certains aspects. Tout est sur la table. On va analyser l'ensemble des recommandations», a-t-il confié au Nouvelliste.

Les 6300 détaillants du Québec, qui reçoivent une moyenne de 400 clients par jour, doivent composer avec 180 règlements relevant de dix ministères. D'ailleurs, le président de l'Association, Michel Gadbois, n'hésite pas à parler de «capharnaüm» dans la gestion quotidienne.

Non seulement 20 permis différents sont-ils nécessaires pour opérer un tel commerce, mais les dates de renouvellement ne sont pas les mêmes, d'où cette demande d'un guichet unique pour les gérer.

L'Association n'est pas peu fière d'avoir réussi à faire reculer la contrebande de tabac de 40 % à 15 % du marché, faisant ainsi bondir les ventes légales de 5,8 à 7,8 milliards de dollars. Et parce que le gouvernement a bougé par une législation plus sévère, cela a représenté 10 000 dollars de plus par dépanneur.

Toujours selon l'Association, c'est dans l'intérêt du gouvernement d'avoir un réseau de dépanneurs en santé compte tenu des cinq milliards de dollars que l'industrie lui rapporte en revenus. «On est le plus gros percepteur de taxes, avec la vente de tabac, d'alcool, d'essence et de loterie», souligne Guy Leroux, de l'AQDA.

En plus de vouloir se débarrasser des bouteilles de plastiques et des canettes «parce qu'on est devenu des poubelles», déplore M. Gadbois, les propriétaires de dépanneurs veulent dorénavant «carter tout le monde» et vendre des vins québécois. Quant à l'essence, on veut enrayer les vols en obligeant le prépaiement.

Invité à prendre la parole, le ministre Girard a souligné l'importance des dépanneurs pour la vitalité des quartiers et des régions. «Vous contribuez aussi au développement social, vous êtes un point d'ancrage. Le dépanneur du coin est un lieu d'échange», a lancé celui pour qui ce type de commerce permet l'intégration des nouveaux arrivants qui s'en portent souvent acquéreurs.

Par ailleurs, le député de Trois-Rivières a annoncé que le comité conseil sur l'allègement règlementaire et administratif, qu'il copréside avec Martine Hébert, de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, avait débuté ses travaux.

«On ne peut pas tout traiter la première année, il y aura des secteurs à traiter en priorité, mais on se doit de réduire les formalités le plus rapidement possible pour être compétitif et productif. Car ça freine le développement quand il y a trop de paperasses et de règles à suivre», a-t-il indiqué tout en leur assurant que «votre réussite est au coeur des priorités».

Profitant de l'occasion pour leur expliquer la mise en place d'un guichet unique gouvernemental, Entreprises Québec, le conférencier du jour a aussi fait savoir que dorénavant, il y aura une analyse d'impact avant d'appliquer une nouvelle loi ou un nouveau règlement. «Nous souhaitons vous simplifier la vie et aplanir les difficultés. C'est une industrie qui demande beaucoup de temps et d'implication», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer