Meurtres de militaires: les cadets suspendent leurs activités

Les activités des cadets de partout au pays... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Les activités des cadets de partout au pays sont suspendues jusqu'à lundi, par mesure préventive.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Dans la foulée des assassinats des deux militaires canadiens survenus cette semaine à Saint-Jean-sur-Richelieu puis à Ottawa, les quelque 53 000 jeunes Canadiens membres du mouvement des cadets devront rester chez eux.

Bien qu'ils ne sont pas membres des Forces armées canadiennes, les cadets du Canada portent aussi un uniforme, une tenue qui peut être associée à celle des militaires. La Défense nationale a donc décidé, par mesures préventives, de suspendre toute activité des cadets jusqu'au 27 octobre.

Au Corps de cadets 2671 et à l'Escadron 772 Vanier de Trois-Rivières, l'entraînement et l'enseignement sont suspendus depuis mercredi, jour des tragiques événements d'Ottawa. Les quelque 90 cadets de ces deux organisations qui collaborent le mercredi soir au manège militaire de Trois-Rivières ont dû demeurer à la maison cette semaine. 

«Il n'y a pas eu de menace», tient toutefois à préciser la capitaine Caroline Savard, commandante de l'Escadron 772 Vanier. «Cette décision a été prise par mesures préventives et pour laisser la poussière retomber. Pour l'instant, nos pensées vont aux familles endeuillées des militaires tués.»  

Cette nouvelle directive nationale, publiée à la suite des événements d'Ottawa, touche tous les cadets du pays. Les Forces canadiennes précisent cependant qu'aucune menace n'a spécifiquement visé les cadets.

«On parle d'une cessation temporaire des activités pour la fin de semaine en raison des événements de mercredi», a expliqué Daniel Blouin, conseiller en communication pour les Forces canadiennes. «La directive ne découle pas d'une menace spécifique reçue envers les cadets. On va réévaluer la situation lundi.»

La capitaine Caroline Savard précise toutefois qu'aucun corps de cadets ou escadrons de la Mauricie ne devaient tenir ce week-end des entraînements aventuriers. Les conséquences sont donc «limitées» pour les cadets de la région. 

Début de la campagne du coquelicot

Les membres de la Légion royale canadienne ne veulent absolument pas se terrer alors qu'approchent les commémorations entourant le jour du Souvenir.

D'ailleurs, la campagne annuelle du coquelicot débutera la semaine prochaine sous la présidence d'honneur de l'ancienne députée libérale de Trois-Rivières, Danielle St-Amand. Dès le 31 octobre, les membres de la filiale 35 de Trois-Rivières iront dans les lieux publics afin de vendre ce symbole à la population, à l'instar de leurs collègues des autres filiales de la région. 

Chantal De Longchamps de la filiale trifluvienne de la Légion espère toutefois que les récents événements permettront de faire prendre conscience à la population «de l'importante du rôle des militaires canadiens dans la défense de nos droits et libertés». 

«On espère qu'il y aura plus de personnes qui porteront le coquelicot et qui assisteront aux cérémonies du jour du Souvenir», explique Mme De Longchamp. 

Des cérémonies du jour du Souvenir auront lieu un peu partout dans la région les 9, 11 et 16 novembre prochain. Militaires, cadets et vétérans participeront à une cérémonie à La Tuque le 9 novembre dès 10 h 30 ainsi que le même jour à Trois-Rivières, Shawinigan et Grand-Mère (deux cérémonies différentes), à 11 h. 

Le 11 novembre à 11 h, des commémorations sont prévues à Nicolet ainsi que dans le secteur de Cap-de-la-Madeleine. Finalement, la communauté de Louiseville est conviée à une cérémonie le 16 novembre à 11 h.

Les différentes cérémonies doivent se dérouler aux cénotaphes des villes ou secteurs (Cap-de-la-Madeleine et Grand-Mère).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer