Des cohortes prêtes à décoller...

Un trio vivement désireux de voir décoller les... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Un trio vivement désireux de voir décoller les prochaines cohortes en aéronautique à Trois-Rivières: Maxime Guillemette, représentant de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy et directeur du Centre de formation professionnelle Qualitech, Mario Héroux, directeur de l'EMAM et représentant de la Commission scolaire de Montréal, et Stéphane Rochette, directeur de la maintenance au Centre de Révision Premier Aviation.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Alors que la formation en montage mécanique affiche complet, plusieurs places sont encore disponibles en matériaux composites et montage de structures. D'où le cri du coeur lancé par les intervenants de l'industrie aéronautique pour que les cohortes prévues au cours des prochains jours puissent décoller. Car tant du côté de Premier Aviation, à Trois-Rivières, que de Delastek, à Shawinigan, les besoins de main-d'oeuvre sont bien réels et les taux de placement, à 100 %.

D'abord, le cours de montage de structures en aérospatiale qui doit débuté lundi compte 14 inscriptions alors qu'il peut accueillir 22 étudiants. Ce cours de «réparation structurale» est d'ailleurs adapté pour le Centre de Révision Premier Aviation. Les candidats intéressés peuvent composer le 819 519-2099 ou se rendre sur le site de l'École des métiers de l'aérospatiale de Montréal (emam.ca).

Ensuite, après une vaine tentative l'an dernier, le milieu veut démarrer un nouveau cours sur les matériaux composites dès le 4 novembre. Actuellement, seulement dix personnes se sont inscrites alors qu'une douzaine de places sont encore disponibles. Pour s'inscrire, il faut composer le 819 840-0448.

Une soirée d'information aura lieu le 28 octobre, à 19 h, chez Premier Aviation. Les conditions d'admission? Avoir au moins les unités de 4e secondaire ou l'équivalent en langue d'enseignement, en langue seconde et en mathématique et avoir 16 ans ou plus.

Fabriquer des pièces par moulage au contact, faire fonctionner une cellule robotisée, assembler les composants d'un produit en matériaux composites, fabriquer des gabarits, et réparer des moules et des objets en matériaux composites: voilà quelques-uns des éléments qui sont abordés dans cette nouvelle formation professionnelle. «Il y a du travail là-dedans et c'est un domaine très méconnu», fait remarquer le directeur de la maintenance chez Premier Aviation, Stéphane Rochette, pour qui cette formation sur mesure lui évitera d'embaucher des gens de métiers connexes.

Au fil des années, celui-ci note une amélioration du niveau des candidats de départ dans les différentes formations ainsi «qu'un meilleur taux de succès». Et lorsque les finissants arrivent d'un seul coup dans l'entreprise, «on les absorbe dans différents départements», explique-t-il.

Si Premier Aviation a vécu une expansion importante à Trois-Rivières en doublant sa superficie et son personnel qui atteint aujourd'hui les 310 employés, l'heure est maintenant à la stabilisation des affaires. Mais près d'une vingtaine de travailleurs trifluviens sont maintenant à Windsor pour aider au démarrage d'un autre Centre de révision qui comptera là-bas une équipe de 200 personnes. «L'industrie de l'aéronautique est en expansion à travers le monde et il va manquer plusieurs milliers d'employés», a conclu M. Rochette tandis que Lionel Bergeron, d'Emploi-Québec Mauricie, parle d'emplois «assez stables et réguliers» comparativement à d'autres secteurs de l'économie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer