Au revoir Nicolas

Nicolas Chevalier... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Nicolas Chevalier

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Légaré
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Parmi toutes ces rencontres que je fais dans le cadre de la chronique La Vie, certaines sont plus marquantes que d'autres. Cet entretien, en mai dernier, avec Nicolas Chevalier, compte parmi ces mémorables entrevues.

J'avais devant moi un beau et grand jeune homme de 18 ans au sourire rassurant, un fier diplômé du Séminaire de Trois-Rivières et nouvellement étudiant au niveau collégial. Nicolas le sportif, l'amoureux, le meilleur ami, mais par-dessus tout, le petit frère d'Anny et le fils de Gaétan Chevalier et de Patsy Quigley.

Intitulée La deuxième chance de Nicolas, cette chronique racontait que pour venir à bout de son cancer, le Trifluvien avait dû subir l'amputation de la jambe gauche. Habitué d'encaisser les mises en échec, le hockeyeur et joueur de football avait entrepris une série de traitements de chimio et se promettait déjà de faire avec son pèreune randonnée à vélo entre Trois-Rivières et Vancouver. Ils allaient célébrer la vie et amasser des fonds pour les cancers pédiatriques.

Au lendemain de la parution de l'article, le guerrier apprenait que le cancer était de retour, plus agressif que jamais. Nicolas est décédé dimanche dernier. «Nico est parti comme un roi, dans mes bras...», raconte son père. Anéanti, l'homme veut suivre l'exemple de son fils le combattant qui s'est relevé chaque fois que la maladie l'a forcé à mettre un genou par terre.

Parents et amis pourront lui rendre hommage le dimanche 26 octobre, à compter de 10 h, au Complexe funéraire J. Philibert et fils, sur la rue Sainte-Marguerite, à Trois-Rivières. Une liturgie de la parole suivra à 16 h.

La famille invite les gens à faire un don pour la recherche en oncologie pédiatrique de la Fondation du CHU de Québec où Nicolas a été soigné.

La Ville de Trois-Rivières entend immortaliser le nom du fier représentant sportif et généreux concitoyen.

Le printemps dernier, alors qu'il venait à peine d'être amputé, Nicolas Chevalier avait tenu à rencontrer des élèves de son ancienne école primaire pour leur répéter de croire en leurs rêves, peu importe ce que la vie leur réserve.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer