Un rêve devenu réalité pour Nathalie Simard

Nathalie Simard vit un retour aux sources en... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Nathalie Simard vit un retour aux sources en ayant acheté la Cabane chez Hill, qui deviendra la Cabane à Nathalie dès février prochain.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Saint-Mathieu-du-Parc) «C'est un aboutissement personnel, beaucoup plus qu'un aboutissement professionnel».

Assise devant le poêle à bois qui chauffe au milieu du chantier de construction qu'est devenue la Cabane chez Hill, Nathalie Simard a bien du mal à cacher son enthousiasme face au nouveau défi qui l'attend dès le mois de février. La chanteuse qui vient d'acheter la Cabane chez Hill de Saint-Mathieu-du-Parc avec son conjoint, Lévis Guay, entend élire domicile de façon permanente en Mauricie, là où elle dit avoir eu un véritable coup de coeur.

«Ça faisait un petit bout de temps que nous cherchions à nous installer à la campagne. Dans nos recherches, nous sommes tombés sur cette opportunité et ça a été un coup de coeur pour nous deux», confie Nathalie Simard.

Au départ, le couple pensait convertir l'endroit en résidence privée et y vivre des jours paisibles, mais rapidement, la chanteuse a compris qu'elle avait l'occasion de se lancer dans une grande aventure et de faire revivre des traditions qu'elle-même dit chérir depuis qu'elle est toute petite.

«Je suis à la base une personne attachée à ses racines, à la campagne, au bois. Ça fait partie de moi. Les érables, la cabane à sucre, c'est une richesse collective que nous avons et je veux poursuivre cette tradition», mentionne-t-elle.

Déjà, la transformation de la cabane est visible, alors que le couple a choisi de lui donner un cachet unique de cabane en bois rond, grâce à la collaboration d'ouvriers et d'artisans de Saint-Mathieu-du-Parc qui oeuvrent à temps complet sur ce chantier ces jours-ci. De plus, une rallonge a été aménagée afin d'y accueillir une scène où se produiront des chansonniers durant les fins de semaine du temps des sucres.

Cette scène accueillera aussi à l'occasion Nathalie Simard qui compte s'y produire pour des spectacles intimes. «C'est sûr que je vais faire quelques spectacles, mais je veux ça intime. Je veux être proche des gens. La proximité, pour moi, c'est capital. Le public a toujours été une grande richesse dans ma vie», lance-t-elle.

Par ailleurs, le projet deviendra aussi une affaire de famille, alors que sa fille Ève, 21 ans, s'occupera de tout ce qui entoure les chevaux. La famille vient en effet de faire l'acquisition de deux juments, dont une ayant appartenu à une communauté amish, qui serviront notamment à offrir des tours de carriole aux visiteurs de la cabane à sucre.

Et les clients qui fréquenteront la Cabane à Nathalie auront-ils l'occasion de la rencontrer? «C'est certain! Je n'y serai peut-être pas tous les jours, mais la plupart du temps, je serai là et j'ai l'intention de fêter avec les gens. Le temps des sucres, c'est une superbe opportunité pour se réunir en famille et fêter, et j'ai toujours été une amoureuse des fêtes. Je vais aller manger de la tire avec eux», prévient-elle en éclatant de rire.

Mais une chose est sûre: l'annonce de l'acquisition de l'endroit par le couple Simard-Guay a eu une effet très positif sur le carnet de réservations pour la prochaine saison.

«Ça n'arrête pas. Depuis que ça a été publié, mais même avant ça avait commencé à se parler et nous avons des dizaines et des dizaines de demandes de réservations. Je ne me pose pas de questions, je suis convaincue que ça va bien aller parce que j'y crois vraiment très fort», confie-t-elle.

En quête d'expériences mais aussi de tranquillité

Dans les fenêtres du bâtiment principal de la Cabane chez Hill, les nouveaux propriétaires ont été obligés de mettre des écriteaux pour prévenir le public. «Ne pas regarder par les fenêtres, SVP, propriété privée», peut-on y lire. Car l'arrivée de Nathalie Simard à Saint-Mathieu-du-Parc a aussi attiré son lot de curieux.

«Les gens arrivent et regardent par les fenêtres pour voir s'ils ne nous voient pas. Une dame a même tenté d'entrer par la porte arrière», raconte Mme Simard, en souriant. «Ce n'est jamais méchant. Les gens veulent me voir et me parler sans aucune méchanceté. J'ai connu ça toute ma vie. Mais quand je suis chez moi, je tiens à mon intimité», souligne Nathalie Simard.

C'est notamment pour cette raison que les propriétaires se feront bâtir, ailleurs sur le terrain, une propriété qui sera bien à eux et inaccessible au public qui fréquentera la cabane à sucre. La construction deviendra leur résidence principale. «J'avais envie de venir m'installer à la campagne et j'ai été séduite par l'esprit de village et de communauté qu'il y a ici», indique la chanteuse, qui effectuera bientôt un retour sur disque.

En effet, le projet qui l'emballe au plus haut point était loin d'être prévu dans son parcours de vie. «J'avais dit que je ne chanterais plus, mais il ne faut jamais dire jamais. Ce sont toutes des chansons originales qui ont été écrites pour moi, et c'est venu me chercher parce que ça parle de mon vécu, de ma vie. La chanson a toujours été une passion que je ne peux repousser», explique-t-elle, précisant que le projet a été réalisé en équipe avec l'auteur-compositeur Réjean Audet.

Par ailleurs, son livre intitulé Sur les chemins de la liberté sortira prochainement, se voulant un recueil d'expériences et d'outils pour surmonter diverses épreuves.

«Ça porte surtout sur la compréhension de la vie que j'ai acquise depuis dix ans. Je suis profondément convaincue que peu importe les épreuves que l'on doit traverser, tout finit toujours par s'arranger. Je veux donc partager mes expériences acquises», explique-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer