Danielle St-Amand à la présidence de la campagne du Centre Le Havre

La fondation du Centre Le Havre lançait ses... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

La fondation du Centre Le Havre lançait ses activités de financement. Sur la photo: Dany Lacroix, directeur clinique du Centre Le Havre, Danielle St-Amand, présidente d'honneur, et Caroline Gauthier, présidente de la fondation.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La fondation du Centre Le Havre lançait mercredi sa collecte de fonds sous la présidence d'honneur de l'ex-députée de Trois-Rivières, Danielle St-Amand.

Grande admiratrice de l'oeuvre de Michel Simard, directeur général du Havre, qu'elle qualifie de sommité internationale en matière d'itinérance, c'est avec beaucoup d'enthousiasme que Mme St-Amand dit avoir accepté ce mandat.

«Je connaissais le Centre Le Havre depuis plusieurs années, a-t-elle confié. En fait, bien avant mon implication en politique. Ça date du temps où je travaillais à la Fondation du CHRTR. J'avais travaillé avec eux pour mettre en place un projet pilote qui s'appelait l'Équipe en itinérance de Trois-Rivières, un programme qui existe toujours et qui rallie les gens du Centre de santé et de services sociaux de Trois-Rivières et de Domrémy. Je m'étais dit que je les soutiendrais toujours.»

L'ex-députée ajoute qu'elle est admirative devant l'approche clinique de M. Simard qui ne consiste pas seulement à offrir le gîte et le couvert mais à ramener les itinérants à une vie active. «Sinon, on aurait besoin de beaucoup plus de chambres. C'est ce qui me plaît avec cette équipe-là. L'itinérance, on ne voit plus cela seulement dans les grands centres urbains comme Montréal. On la voit ici aussi. Cela pourrait être quelqu'un de ma famille, mon voisin.»

Mme St-Amand dit avoir relayé sur sa page Facebook un récent reportage du Nouvelliste sur l'itinérance dans la région et que de nombreuses personnes avaient rapidement réagi. «Je pense que ça traduit bien le malaise face à ce phénomène. L'itinérance, on préfère ne pas l'avoir sous les yeux. Elle traduit une détresse pour laquelle on a une responsabilité sociale. Si j'ai accepté de soutenir le Centre Le Havre, c'est parce qu'on est chanceux d'avoir ça ici. Michel Simard fait de la formation partout dans le monde parce que son expertise et son approche sont vraiment exceptionnelles. Il faut appuyer ça!»

Julie Boucher, coordonnatrice des activités de financement, a confié qu'un souper-bénéfice est prévu dans le cadre de cette campagne, mais également de la sollicitation porte-à-porte, le29 novembre, alors qu'une centaine de bénévoles se mobiliseront pour distribuer des enveloppes de souscription à travers tout Trois-Rivières.

Par ailleurs, d'année en année, la fondation s'assure de rester en contact avec ses donateurs via un publipostage. Tous les dons sont importants, petits comme plus importants, a-t-on insisté. L'objectif de cette année est de52 000 $. L'année dernière, on avait amassé 50 000 $.

Le souper-bénéfice, le dixième organisé par la fondation, aura lieu le 30 octobre sous le thème de l'Halloween ce qui, promet-on, permettra d'en faire un événement très coloré. Les organisateurs souhaitent que les convives s'amusent tout en gardant la cause de l'itinérance en tête. L'achat du billet au coût de 125 $ est toujours possible. On peut contacter le centre au 819 371-1023 poste 7.

Rappelons que l'accueil de l'hébergement d'urgence du Centre Le Havre a permis 722 admissions en 2013. De ce nombre, 604 étaient des hommes et 118 des femmes. L'approche centrée autour du dénouement de la situation d'impasse, a permis à 81 % des personnes ayant été hébergées au Havre de mettre en place un plan de sortie orienté vers une résidence stable.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer