Plus de 1000 $ de profits à la fête des récoltes

La fête des récoltes au sanctuaire Notre-Dame-du-Cap a... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

La fête des récoltes au sanctuaire Notre-Dame-du-Cap a réuni lundi les députés Robert Aubin et Pierre Michel Auger, soeur Angèle, Yoland Ouellet, recteur du sanctuaire, et Michel Gadbois, initiateur de l'événement.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La fête des récoltes a été bonne pour le sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. La générosité des producteurs régionaux et l'enthousiasme démontré par les quelque 300 personnes ayant participé à cette activité ont permis de dégager des profits de plus de 1000 $ pour l'organisation du sanctuaire trifluvien.

Que ce soit du vin de glace, des pommes de terre, des carottes ou des marinades, les produits ont été nombreux à avoir été achetés par les nombreux clients qui ont profité de l'Action de grâce pour faire le plein de denrées.

«Les produits sont partis plus vite que prévu. On s'attendait à terminer vers 15 h, mais on a fermé à 14 h 15. Les autorités du sanctuaire sont très contentes. Ça a été un succès de participation des fournisseurs, un succès de foule et un succès d'animation», raconte Pierre Montreuil, du service des communications du sanctuaire.

L'animation de l'encan avait été confiée à soeur Angèle. La populaire religieuse était responsable de faire monter les enchères, principalement aidée des députés Robert Aubin et Pierre Michel Auger.

«Soeur Angèle a tellement de charisme, elle a fait rire les gens. Soeur Angèle et ses hommes ont été très collaborateurs», ajoute M. Montreuil, en saluant la présence des bénévoles du Festival de la galette de sarrasin de Louiseville qui étaient sur place pour offrir gratuitement des galettes aux visiteurs.

Le succès de cette première fête des récoltes devrait inciter les autorités du sanctuaire à répéter l'expérience, même si des profits de plus de 1000 $ représentent une somme marginale si on tient compte du budget d'exploitation du sanctuaire qui s'élève annuellement à deux millions de dollars.

«On veut être présent pour la foi joyeuse, indique Pierre Montreuil. Une fête des récoltes, c'est la joie qui se manifeste. On veut donner du positif. Que ce soit dans le recueillement, dans l'animation des célébrations religieuses, quand les gens passent un bon moment, on est dans la mission du sanctuaire.»

Les profits amassés lors de cette fête des récoltes serviront aux opérations du sanctuaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer