FestiVoix et amphithéâtre: une collaboration, mais pas une assimilation

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le FestiVoix de Trois-Rivières sera appelé, dans un avenir rapproché, à collaborer de plus en plus avec la Corporation de l'amphithéâtre au niveau de son organisation, mais ne pourra pas être assimilé par la structure. C'est du moins l'avis du président du conseil d'administration du FestiVoix, Paul Jordan, qui a vivement réagi hier aux propos tenus par le maire Yves Lévesque, annonçant l'intégration du FestiVoix à la Corporation de l'amphithéâtre.

En effet, dans une entrevue accordée au FM 106,9, le maire Lévesque a annoncé que l'organisation du FestiVoix serait chapeautée par la Corporation de l'amphithéâtre dès 2016 de manière à sauver de l'argent.

«Le FestiVoix va intégrer la Corporation de l'amphithéâtre, ça c'est sûr. On ne veut pas baisser la qualité de nos événements. On est en compétition contre Québec et Montréal et ce n'est pas évident pour les régions de soutenir les événements. Chaque année, les événements ont de la misère fiscalement. Il faut se questionner sur nos structures», a-t-il déclaré.

Selon le maire, cette façon de faire permettrait de sauver de l'argent. «Quand on loue la scène, ça coûte 150 000 $. Pourquoi payer 150 000 $ quand on l'a à côté à 200 pieds. On vient de sauver 150 000 $. L'idée c'est d'arrêter de bonifier les enveloppes», a-t-il ajouté, faisant référence au transfert des spectacles majeurs du FestiVoix vers le site de l'Amphithéâtre Cogeco.

Toutefois, le président du FestiVoix estime qu'on est encore loin de parler d'une «assimilation» de son organisation à la corporation.

«Ils ne peuvent pas nous assimiler. Le FestiVoix est une organisation trop grosse pour l'équipe qui est en place (à la corporation). Il faut penser au produit rendu à la population, mais aussi à nos employés. Il y a des partages que l'on souhaite faire avec la corporation, mais je demeure persuadé que de maintenir notre permanence sera un gros plus», lance Paul Jordan, rappelant notamment que la venue du Cirque du Soleil pour les trois prochaines années représente déjà un grand défi pour la Corporation, qui continue également de s'occuper d'autres événements tels les Délices d'automne et l'animation de rues estivale.

Ce dernier confirme qu'un comité formé par des membres de la corporation et du FestiVoix se rencontre depuis peu pour discuter de cette collaboration, mais qu'on est encore loin de parler d'une intégration du FestiVoix dans la Corporation de l'amphithéâtre. Il estime qu'il est effectivement dans l'intérêt de chacun de discuter pour en arriver à une collaboration qui permettrait des économies, mais souhaite aussi qu'on reconnaisse l'expertise de la permanence en place.

«Nous avons présentement six employés. Je suis persuadé qu'il y a moyen d'en arriver à une façon de faire qui permettrait aussi de faire travailler ces personnes sur les autres événements chapeautés par la Corporation de l'amphithéâtre lorsque la période plus creuse de l'année arrive pour le FestiVoix. Je n'ai aucun doute là-dessus», souligne M. Jordan.

L'entente qui devra émerger de ces rencontres devra faire ressortir autant l'Amphithéâtre Cogeco que le FestiVoix, croit M. Jordan, qui espère qu'on laissera travailler les deux organisations pour aboutir à quelque chose d'intéressant sans mettre la charrue avant les boeufs.

«Nous n'avons que quelques réunions de faites. Il faut permettre aux deux conseils d'administration et au comité de faire leur travail. S'il faut en arriver à une intégration, sans doute qu'il y en aura une. Mais laissez-nous d'abord travailler», conclut Paul Jordan.

Il n'a pas été possible de joindre le maire Lévesque, jeudi. La Corporation de l'amphithéâtre, pour sa part, n'a pas voulu émettre de commentaires sur le dossier du FestiVoix.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer