Plus de transport scolaire malgré une route dangereuse

Stéphane Jobin et Nathalie Bordeleau déplorent que leurs... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Stéphane Jobin et Nathalie Bordeleau déplorent que leurs enfants Jéremy et Allyson doivent maintenant marcher pour se rendre à l'école, même si le secteur est jugé dangereux par la Commission scolaire de l'Énergie.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Le nouveau logiciel de géomatique de la Commission scolaire de l'Énergie est, paraît-il, plus précis et permettrait de mieux planifier le transport solaire. Alors qu'ils pouvaient prendre l'autobus les autres années, deux enfants du secteur Sainte-Flore, à Shawinigan, n'ont plus droit à ce service, car l'outil de mesure détermine qu'ils demeurent à moins de 1600 mètres de l'école.

Même s'ils doivent marcher le long de la 50e Avenue, une route sans trottoirs jugée dangereuse par la Commission scolaire, leurs parents doivent débourser 400 $ pour ce service qui était pourtant sans frais les années précédentes.

Stéphane Jobin, le père du garçon de 7 ans et de la fille de 11 ans, respectivement en 3e et 6e année, n'accepte pas le nouveau calcul établi par la Commission scolaire. «De l'entrée de ma maison à l'entrée de l'école, il y environ 1700 mètres», jure M. Jobin. «Les deux premières semaines, les enfants pouvaient prendre l'autobus, mais après le chauffeur leur a interdit l'accès. Le chauffeur et la direction de l'école nous ont dit que c'était une décision de la Commission scolaire.»

La 50e Avenue est jugée à risque et dangereuse, autant par la famille des enfants que par la Commission scolaire. Les piétons n'ont pas de trottoir et les automobilistes ne respectent que rarement, selon le père de famille, la limite de vitesse qui est de 50 km/h.

«C'est un secteur dangereux. Nous sommes dans un coin boisé avec des coyotes et des ours. Nous avions justement un ours qui venait souvent sur notre terrain il y a quelques années», ajoute M. Jobin.

En raison de la dangerosité du secteur, la Commission scolaire accepte d'offrir le service de transport scolaire, mais au coût de 200 $ par enfant.

Le directeur général de la Commission scolaire de l'Énergie, Denis Lemaire, affirme que le nouvel outil de calcul de distance pour le transport scolaire est plus précis. Il souligne que la famille de Sainte-Flore a été chanceuse auparavant de bénéficier gratuitement du service d'autobus scolaire.

«L'ancien logiciel donnait 1610 mètres, alors les enfants étaient juste sur la limite pour avoir le transport gratuit. Mais le logiciel très précis de géomatique démontre qu'ils sont à 1485 mètres. Ils sont en bas du 1600 mètres. Nous devons donc les traiter avec équité comme tout le monde», explique M. Lemaire qui précise que les enfants à la maternelle peuvent avoir accès au transport gratuit s'ils habitent plus loin que 300 mètres de l'école et que ceux de 1re et 2e année doivent habiter plus loin que 1000 mètres de l'école pour avoir droit à ce service.

«Les normes paraissent strictes, mais nous transportons déjà 7000 élèves, sur près de 9000. Et les budgets sont limités. Les parents ont été chanceux pendant quelques années, ils ont eu des rabais parce que le logiciel était imprécis.»

Denis Lemaire ajoute que les autobus de la Commission scolaire de l'Énergie parcourent annuellement l'équivalent de 61 fois le tour de la Terre.

«Nous n'avons pas le choix d'être structurés», affirme-t-il. «Nous avons un grand territoire et le transport est sous-financé. Chaque année nous avons un déficit d'environ 100 000 $.»

De plus, les deux parents de Sainte-Flore déplorent aussi que leurs enfants ne puissent arriver trop tôt à l'école, même si le temps de déplacement peut varier en fonction des conditions météorologiques.

Si les enfants arrivent avant les premiers autobus, ils doivent rester à l'extérieur du terrain de l'école ou être sous la responsabilité du service de garde. Les assurances et l'absence de surveillants sont évoquées par la Commission scolaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer