Un premier week-end en deux temps pour le Festival de la galette

La galette est la grande vedette à Louiseville... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

La galette est la grande vedette à Louiseville pour encore une semaine. On voit sur la photo, Monique Dupuis, Francis Gaboury, Richard Dupuis, David Dupuis et Henri Masson.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Louiseville) Après avoir été désertées lors des fortes pluies samedi, les rues de Louiseville étaient à nouveau fort animées dimanche, à l'occasion de la 36e édition du Festival de la galette de sarrasin. Plusieurs festivaliers mangeaient de la galette et les airs de musique traditionnelle résonnaient un peu partout sur le site de la grande fête des récoltes du sarrasin nouveau.

La pluie était à ce point forte samedi, que la traditionnelle cérémonie de l'accueil du sarrasin nouveau et la bénédiction du sarrasin ont été annulées. Heureusement, le beau temps automnal était de retour dimanche.

«Le soleil, c'est de l'or pour nous. Lors d'une activité de plein air comme la nôtre, il doit y avoir du beau temps», lançait dimanche le président du Festival, Yvon Picotte, très heureux de voir enfin les nuages se dégager et le soleil rayonner dans le ciel. Car le beau temps, en attirant davantage de visiteurs, garantit le succès de l'événement et permet à l'organisation d'être plus confortable financièrement.

«L'an dernier, les neuf jours de beau temps nous ont permis de faire une année exceptionnelle. Ç'a permis d'amasser plus de fonds pour mettre sur pied la programmation de cette année», a souligné le président de l'événement qui soutient du même coup que les pertes de samedi ne pourront permettre à la 36e édition de connaître le même succès que sa précédente.

Le bon bilan financier de la 35e édition aura permis de signer cette année des artistes comme Michel Louvain, Jérôme Couture, avec en première partie la formation The Rusty Cats, ou Marjo. Si les deux premiers spectacles ont attiré chacun entre 800 et 1000 spectateurs ce week-end, celui de Marjo est prévu pour le 11 octobre prochain.

Le député de Maskinongé et membre de la Confrérie des Sarrasins, Marc H. Plante, aurait aussi souhaité un autre temps pour samedi. «Mais c'était beau de voir la rue pleine vendredi soir. Les organisateurs ont fait une belle programmation, mais la clé du succès reste le beau temps. Le froid n'est pas grave, ce qui compte, c'est qu'il ne pleuve pas.»

Le retour du soleil est bon pour les affaires des producteurs de sarrasin. Le propriétaire de la ferme J.M. Gélinas, Yves Gélinas, était très occupé dimanche derrière sa plaque de cuisson. Les galettes s'y succédaient à un rythme effarant, tant il y avait des bouches à nourrir. «Samedi c'était le déluge, nous n'avons pu ouvrir qu'après 16 h. Mais aujourd'hui [dimanche], ça va très bien», a souligné M. Gélinas qui précise que la récolte 2014 peut être qualifiée de «très bonne».

L'évêque de Trois-Rivières, Mgr Luc Bouchard, a présidé la messe des confréries. Des membres de la Confrérie des Sarrasins et de celle des dames de Gerlaise ont participé à cette célébration pour le moins singulière. Les confrères et consoeurs accueillent cette année les membres de la Confrérie Piperia la Galette de Pipriac, en Bretagne. Ce groupe, fondé en 1998, puise ses sources dans le Moyen Âge et ses membres sont déjà venus il y a quelques années au Festival de Louiseville.

«Cette confrérie avait été créée pour promouvoir la galette, car le sarrasin n'était mangé, à l'époque, que par les animaux», explique Albert Delamarche, membre de cette confrérie qui souligne que les Bretons consomment beaucoup de «blé noir». «La galette a été un moyen d'éviter une famine terrible sur la Bretagne. La duchesse de l'époque a créé une confrérie pour promouvoir cette galette.»

Les recettes bretonnes de galette de sarrasin peuvent être très différentes de ce qu'on retrouve au Québec. On peut ajouter des oeufs, du fromage, du jambon ou des noix de Saint-Jacques à la recette classique afin d'obtenir un tout nouveau plat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer