Shawinigan, troisième pôle du jeu vidéo au Québec

La ministre Élaine Zakaïb a annoncé des investissements... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

La ministre Élaine Zakaïb a annoncé des investissements majeurs à Shawinigan lundi.

Photo: Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Le gouvernement du Québec se tourne maintenant vers Shawinigan pour faire fructifier son enveloppe de 200 millions de dollars, issue du Fonds de diversification économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie à la suite de l'annonce de l'arrêt de la centrale nucléaire Gentilly-2.

Au micro, la ministre déléguée à la Politique... (Photo: Émilie O'Connor) - image 1.0

Agrandir

Au micro, la ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec, Élaine Zakaïb, est venue manifester concrètement la confiance de son gouvernement en la station du numérique de Shawinigan. Elle était accompagnée du député de Saint-Maurice, Luc Trudel; du président d'Alchemic Dream, Philippe Nadeau et du maire, Michel Angers.

Photo: Émilie O'Connor

Lundi matin, la ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique, Élaine Zakaïb, s'est déplacée au Centre d'entrepreneuriat pour y confirmer une subvention de 1,2 million $ pour la mise en place de la fameuse station du numérique, au deuxième étage.

Les travaux débuteront au cours des prochains jours et son exploitation est prévue en 2014. Ce projet est évalué à 4,8 millions $. «Il n'y a pas de programme qui permettrait d'accorder 1,2 million $ à un projet de cette ampleur, dans ce domaine», souligne Mme Zakaïb. «Par chance, nous avons un fonds de développement économique de 200 millions $.»

La première ministre du Québec, Pauline Marois, avait déjà procédé à l'annonce d'une subvention d'un million de dollars pour la transformation de l'ancienne usine Wabasso en avril. Avec le don d'un million de dollars de Rio Tinto Alcan versé en juin 2012, le Centre d'entrepreneuriat Shawinigan a maintenant accumulé 3,2 millions $ de divers partenaires.

Le maire, Michel Angers, continue ses démarches pour obtenir entre 4 et 4,5 millions $ sur un projet qui, dans sa totalité, nécessitera des investissements estimés entre neuf et dix millions de dollars.

Cette station du numérique constituera assurément l'un des phares de la diversification économique de Shawinigan. Le gouvernement du Québec appuie cet élan; même que lundi, autant la ministre Zakaïb que le député de Saint-Maurice, Luc Trudel, parlaient de Shawinigan comme du troisième pôle du jeu vidéo à travers la province, avec Québec et Montréal.

«Qui aurait dit ça?», sourit M. Angers, qui ne cache pas qu'il veut se servir de cet atout pour donner à la relève des perspectives d'avenir prometteuses à Shawinigan. «C'est un signal important d'espoir pour nos jeunes», croit-il.

Contre le monde

La ministre ne considère pas que le gouvernement doive accorder un statut particulier à Shawinigan pour stimuler le déploiement de la station du numérique. «Il existe déjà des mesures costaudes de crédit d'impôt pour le secteur du jeu vidéo, dont l'assiette fiscale a été agrandie», mentionne Mme Zakaïb.

«Je pense que les entreprises qui s'installeront ici pourront en bénéficier. Ce qu'il y a de particulier ici, c'est qu'il se fait des choses qui ne se font pas à Montréal ou à Québec, comme le soutien aux créateurs de jeux vidéo.»

La ministre ajoute que l'objectif ne consiste pas à mettre les villes de la province dans une arène.

«La compétition, ce n'est pas Montréal ou Québec, mais Tokyo et Los Angeles», pointe-t-elle. «En créant ce troisième pôle, on peut concurrencer tout ce qui se fait dans le monde et devenir le premier pôle mondial du multimédia et du jeu vidéo.»

L'entreprise Alchemic Dream est associée de près au développement de la station du numérique et à chaque apparition publique, son président, Philippe Nadeau, vante Shawinigan comme la future plaque tournante des jeux sociaux.

«De Tokyo à Shanghai, en passant par Mexico, le projet de station du numérique n'est plus un concept virtuel ou un rêve, mais la réalité», insiste-t-il. «Nous positionnons Shawinigan comme la ville du numérique sur laquelle il faudra dorénavant compter.»

«Le travail est beaucoup plus avancé que ce qu'on vous en dit», assure M. Angers. «On a de grandes aspirations et nous sommes convaincus que nous les réaliserons. On ne lance pas un ballon en disant peut-être que oui, peut-être que non. C'est structuré, organisé.»

Partager

À lire aussi

  • Le Trou du diable veut envahir l'Europe

    Actualités

    Le Trou du diable veut envahir l'Europe

    Après quelques tentatives bien ciblées en Europe, la microbrasserie Le Trou du diable se prépare à distribuer à grande échelle ses produits vers le... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer